BFMTV

George Michael, une icône sulfureuse entre frasques et scandales

Tourmenté par la drogue et une vie sentimentale compliquée, George Michael, mort ce 25 décembre, aura montré deux visages tout au long de sa carrière, entre ombres et lumières.

L'ironie du destin a voulu qu'il disparaisse le soir de Noël. Légende de la musique britannique, l'inoubliable interprète de Last Christmas, George Michael est mort ce dimanche à son domicile à Londres. L'ex membre du groupe Wham!, que le grand public a découvert dans les années 1980 avec des tubes comme Wake We Up Before You Go-Go, Careless Whisper ou Faith, aura connu un succès mondial au cours de 35 ans de carrière marquée aussi par une vie tourmentée, entre problèmes de drogue et ruptures sentimentales.

Ces dernières années, le chanteur britannique se montrait peu en public, plus fréquemment cité dans la presse pour des incidents liés à la drogue que pour sa musique. Après le succès fulgurant connu avec Wham! puis son premier album solo Faith, sa popularité baisse dans les années 1990. Celui qui maniait l'art de la provoc', notamment avec son sulfureux I Want Your Sex en 1987, connaît des difficultés dans sa vie personnelle mouvementée.

Huit semaines de prison en 2010

L'année 1998 marque toutefois un tournant dans sa vie d'homme, puisque George Michael décide de révéler publiquement son homosexualité après avoir été arrêté pour attentat à la pudeur dans des toilettes publiques à Los Angeles. Mais l'artiste assumait sa vie privée compliquée. "Les gens veulent me voir comme un personnage tragique, avec ces relations sexuelles dans les toilettes publiques et la prise de drogues", mais "je ne vois même plus ça comme des faiblesses. C'est simplement ce que je suis", déclarait-il au quotidien britannique The Guardian en 2009.

Cette même année, David Furnish, le mari du chanteur Elton John, qui chanta en duo avec George Michael sur Don't Let The Sun Go Down On Me, confiait malgré tout à quel point des amis du couple s'inquiétaient pour la santé du crooner. Ce dernier, qui enchaînait les avertissements de la police pour possession de cannabis et de crack, fut d'ailleurs condamné en 2010 à huit semaines de prison pour avoir avoir foncé dans un magasin londonien avec sa Range Rover, sous l'emprise de cannabis et de médicaments.

Trois ans plus tôt, il avait été retrouvé évanoui dans sa Mercedes et admis avoir consommé de la drogue, mais avait échappé à la prison en effectuant 100 heures de travail d'intérêt général. Il avait écopé d'une interdiction de conduire pendant deux ans.

Il frôle la mort en 2012

En 2011, le chanteur annonce sa séparation de son partenaire de longue date Kenny Goss. Il passe ensuite plusieurs semaines dans un hôpital de Vienne pour soigner une pneumonie qui l'amena à l'article de la mort. "Cela a été littéralement le pire mois de ma vie, mais j'ai une chance incroyable, vraiment incroyable, d'être ici", avait-il déclaré après son hospitalisation. En 2012, il chante White Light, qui évoque cette hospitalisation, à la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de Londres.

Mais l'année suivante fait naître de nouvelles inquiétudes. Il est évacué par hélicoptère vers un hôpital après être tombé du 4X4 que conduisait son chauffeur sur une autoroute.

"Ne croyez pas ces conneries dans les journaux"

Deux ans plus tard, en 2015, George Michael nie sur Twitter les affirmations de la femme de son cousin, selon qui il prenait du crack et de la marijuana et se trouvait en cure de désintoxication. "A mes chéris, ne croyez pas ces conneries dans les journaux d'aujourd'hui, venant de quelqu'un que je ne connais plus et que je n'ai pas vu depuis presque 18 ans", écrivait-il alors.

En retrait ces dernières années, George Michael préparait un album avec le producteur britannique Naughty Boy. La pop star, fils d'un père grec chypriote et d'une mère anglaise, devait également sortir un documentaire autobiographique en 2017.

Fabien Morin avec AFP