BFMTV

Flavie Flament chargée d'une mission sur le viol par Laurence Rossignol

Flavie Flament à Chanceaux-près-Loches en 2011

Flavie Flament à Chanceaux-près-Loches en 2011 - Alain Jocard - AFP

La ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des Femmes a confié à l'animatrice une "mission de consensus" dans le cadre de son plan d'action contre les violences faites aux femmes.

"C'est une victime, mais c'est également une experte de ce sujet". Ce mardi, Laurence Rossignol a justifié son choix de confier à Flavie Flament une "mission de consensus" sur le délai de prescription dans les affaires de viol. La ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des Femmes est actuellement en charge du dossier sur le nouveau plan d'action contre les violences faites aux femmes présenté ce 23 novembre par le gouvernement.

Invité de RTL, Laurence Rossignol a expliqué: "J’ai décidé de proposer à Flavie Flament - et elle a accepté - de conduire une mission de consensus. Elle sera accompagnée par un pénaliste, pour justement mettre en présence les positions, comprendre et faire avancer un consensus sur l’allongement ou pas de la durée de prescription".

"J'ai découvert à ce moment-là ce qu'était la prescription"

En octobre dernier, Flavie Flament racontait dans son autobiographie La consolation avoir été violée à l'âge de 13 ans par un célèbre photographe. L'animatrice confiait alors n'avoir rien voulu révéler de cet acte à sa mère, "pas persuadée que cela serait compris et entendu."

Dans une interview accordée à l'émission Sept à huit, Flavie Flament reconnaissait avoir vécu "des années de dépression", mais être parvenue malgré tout à passer outre ce malaise en fondant une famille. Aidée par un psychologue quand les souvenirs de ce drame sont remontés à la surface, l'ex compagne de Benjamin Castaldi expliquait alors n'avoir pas pu obtenir justice: "C'était trop tard. J'ai découvert à ce moment-là ce qu'était la prescription".

En France, une victime majeure dispose aujourd'hui d'un délai de dix ans après son viol pour déposer plainte, un délai porté à 20 ans après la majorité de la victime si le viol a été commis sur une personne mineure.

Fabien Morin