BFMTV

De "Dix pour cent" à "Antoinette dans les Cévennes", qui est Laure Calamy, meilleure actrice des César 2021?

Laure Calamy dans la comédie "Antoinette dans les Cévennes"

Laure Calamy dans la comédie "Antoinette dans les Cévennes" - Copyright Julien Panié

A 45 ans, cette comédienne a remporté ce vendredi le César de la meilleure actrice pour Antoinette dans les Cévennes, où elle joue aux côtés d'un âne.

Connue du grand public grâce à la série Dix pour cent, Laure Calamy a longtemps cumulé les seconds rôles, avant d'être sacrée vendredi meilleure actrice pour son interprétation enjouée d'une femme en quête d'amour. A 45 ans, cette comédienne douée pour la comédie a remporté le César de la meilleure actrice pour Antoinette dans les Cévennes, où elle joue aux côtés d'un âne.

Elle y interprète une institutrice amoureuse d'un homme marié, qu'elle décide de suivre, malgré tout, lors de ses vacances en famille. Elle se met pour l'occasion à la randonnée avec un âne, sur les pas de l'écrivain Robert Louis Stevenson.

Succès surprise de l'année 2020, cette comédie de Caroline Vignal repose sur l'abattage de Laure Calamy, habituée à des rôles drolatiques, parfois fantasques, dont le plus connu est celui de Noémie, secrétaire amoureuse de son patron et à l'enthousiasme inébranlable dans la série Dix pour cent, sur le milieu des agents artistiques.

"C'est une actrice très généreuse, énergique, qui a un appétit de jeu, une jubilation à jouer assez extraordinaire...", confiait récemment Caroline Vignal à l'AFP. "Elle a des angoisses très fortes aussi, on s'est dit qu'on était assez parano toutes les deux", se souvient la réalisatrice qui n'a eu souvent besoin de diriger la comédienne. "Enfin, parfois pour baisser un peu le curseur, et calmer le jeu !".

Avant l'automne 2015, et la première saison de Dix pour cent sur France 2, Laure Calamy menait une carrière relativement discrète mais riche d'une vingtaine de pièces et de dizaines de courts et longs métrages. Originaire d'Orléans, la comédienne se passionne, dès son jeune âge, pour le théâtre et monte à Paris après le bac pour y intégrer le Conservatoire national supérieur d'art dramatique.

Quatre saisons

C'est là qu'elle va faire deux rencontres importantes: Vincent Macaigne, avec qui elle va collaborer à plusieurs reprises (son premier long-métrage Pour le réconfort, notamment) et Olivier Py, aujourd'hui directeur du festival d'Avignon. Il l'a fait débuter sur les planches en 2001 et l'a aussi dirigée en 2014 (Orlando ou l'impatience) et en 2017 (Les Parisiens). Laure Calamy s'essaie à tous les genres, alternant entre pièces classiques comme celles de Corneille et oeuvres plus contemporaines comme Bertolt Brecht.

Au cinéma, Bruno Podalydès lui offre son premier rôle dans Bancs Publics (Versailles Rive Droite) en 2009. Elle apparaît ensuite dans de nombreux films d'auteur, comme Un Monde sans femmes de Guillaume Brac, Neuf mois ferme d'Albert Dupontel ou Sous les jupes des filles d'Audrey Dana. L'aventure Dix pour cent, qui s'étale sur quatre saisons, la fait connaître, tout comme Nicolas Maury qui joue son collègue Hervé, et lui ouvre de nouvelles portes. Des seconds rôles, principalement. A l'écran, elle joue aux côtés de Romain Duris (Nos batailles), Edouard Baer et Cécile de France (Mademoiselle de Joncquières), Virginie Efira (Sibyl)...

En 2018, elle décroche une nomination pour le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Ava de Léa Mysius, où elle campe une mère dépassée par sa fille adolescente. Le théâtre la récompense la même année en lui décernant le Molière de la comédienne dans un spectacle de théâtre privé pour Le Jeu de l'amour et du hasard dans une mise en scène de Catherine Hiegel.

Trois ans plus tôt, le Festival de Sundance, récompensant le cinéma indépendant, lui avait déjà décerné le prix d'interprétation pour La Contre-allée de Cécile Ducrocq. Discrète sur sa vie privée, la comédienne revendique le fait de ne pas vouloir d'enfant. "Nous avons la chance de pouvoir vivre à une époque où il n'est pas indispensable de se reproduire, et c'est peut-être même rendre service à l'humanité que d'y renoncer", lançait-elle dans une interview à Libération.

J.L. avec AFP