BFMTV

Coronavirus: interne, l'ex-Miss France Marine Lorphelin raconte son quotidien difficile à l'hôpital

Marine Lorphelin

Marine Lorphelin - Loïc Venance - AFP

L'ancienne Miss France fait partie des soignants en première ligne. Dans un entretien au Parisien, la jeune femme de 27 ans raconte la difficulté de sa mission en pleine pandémie de coronavirus.

L'ancienne Miss France Marine Lorphelin fait partie des soignants mobilisés pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Dans un entretien accordé au Parisien, elle raconte son quotidien difficile et ses inquiétudes, et appelle à rester chez soi. 

La jeune femme de 27 ans, interne en médecine, travaille en première ligne dans un hôpital parisien "qui prend en charge de nombreux cas de Covid-19". Elle explique que, "forcément" ses journées déjà chargées se sont intensifiées, car elle se doit d'être "encore plus présente" pour les patients atteints du coronavirus, qui ont besoin "de beaucoup de surveillance", et dont l'état peut "se dégrader très vite".

"Aujourd'hui, nous accueillons toujours autant de patients, le flux est constant, croyez-moi. C'est pour ça qu'il faut faire attention quand on commence à parler de déconfinement. Il y a toujours autant de malades, la maladie est bien là, ça ne fait aucun doute. Et personne ne sait quand nous sortirons de cette crise sanitaire", déplore-t-elle.

"Je suis très exposée au virus"

L'ancienne Miss rappelle également l'importance de rester chez soi. "Moins on respectera le confinement, plus cette situation durera, il faut en avoir conscience", explique-t-elle. "Il faut que chacun fasse un effort, vraiment. Ce n'est pas le moment de se relâcher, vraiment pas. Personne n'a envie de se confiner. Mais il n'y a pas d'autres choix". 

Marine Lorphelin a d'ailleurs décidé de ne pas se confiner avec son compagnon, qui habite en Nouvelle-Calédonie. Parce qu'il y a encore très peu de cas là-bas, le couple a décider de rester loin l'un de l'autre. "Nous ne voulons pas prendre de risques (...), je suis très exposée au virus", confie l'interne, qui dit devoir s'occuper en moyenne de dix patients par jour avec le Covid-19.

"Je n'avais pas envie d'avoir à porter la responsabilité de l'avoir contaminé d'autant qu'il a déjà quelques petits problèmes de santé. C'est dur, il me manque mais je pense que plein de couples sont dans notre situation.", ajoute-t-elle. 

"Nous n'avons jamais été face à autant de décès"

L'ex-Miss France dénonce également à nouveau le manque de matériel dont souffrent les hôpitaux. "Au début c'était les masques qui nous manquaient, aujourd'hui, ce sont les blouses. On ne les change pas autant que nous le devrions", dit-elle. Et si elle relativise car elle est "jeune et en bonne santé", elle s'inquiète pour certains collègues, "qui ont des problèmes comme de l'hypertension et pour eux, c'est plus risqué".

Autre difficulté pour Marine Lorphelin: annoncer de mauvaises nouvelles aux proches des patients. Elle raconte que dans son service, "nous n'avons jamais été face à autant de décès".

"Ça arrive plusieurs fois par jour parfois", révèle-t-elle. "Nous devons expliquer aux familles que le patient va bientôt disparaître au téléphone, qu'ils n'ont pas le droit de visite, ou en très petit comité. C'est un apprentissage pour moi. Et il faut aussi apprendre à gérer avec le patient sa fin de vie".
Nawal Bonnefoy