BFMTV

Claude François: la cagnotte pour rénover son moulin n'a récolté que 240 euros

Une chemise portée par Claude François exposée au moulin de Dannemois

Une chemise portée par Claude François exposée au moulin de Dannemois - Gérard Julien - AFP

Les actuels propriétaires de ce qui est désormais un musée comptaient sur les fans pour rénover le bâtiment. Mais ils n'ont pas eu le succès escompté.

Le moulin de Claude François retrouvera-t-il son éclat d'antan? Rien n'est moins sûr: une cagnotte lancée par ses propriétaires afin de financer les travaux de rénovation n'a récolté que 240 euros depuis sa mise en ligne, le 14 janvier dernier. 

Le chanteur a acquis ce moulin de Dannemois (Essonne) en 1964. Il lui a appartenu jusqu'à sa mort en 1978. Les propriétaires actuels y gèrent un musée consacré à l'interprète d'Alexandrie, Alexandra. Sur la cagnotte, ils expliquent avoir besoin de dons pour réhabiliter la piscine, le court de tennis et le sauna, vandalisé lorsque le moulin était abandonné. La cause n'a pas ému grand monde, comme l'explique Julien Lescure, fils des propriétaires, au Parisien:

"On nous a accusés de vouloir nous payer notre court de tennis sur le dos des gens (...) Mais je rappelle que c’est un site ouvert au public. On ne profite pas des installations, on les fait visiter, et on veut juste que ce moulin redevienne exactement comme il était du temps de Claude François."

Mauvais timing

Le quotidien note également que cet appel au don a souffert d'une exposition moindre en raison d'une autre affaire retentissante: celle de la cagnotte dédiée à Christophe Dettinger, l'ancien boxeur accusé de violences sur des gendarmes lors d'une manifestation de gilets jaunes, dévoilée peu avant. 

Le Parisien précise que le chiffre d'affaires du moulin, financé par les visites du musée, est de 500.000 euros par an. Ce qui n'est pas réparti entre les sept employés est investi dans la rénovation et l'achat de pièces à exposer. La cagnotte "aurait juste permis d'accélérer les travaux de rénovation. Car grâce aux entrées, aux repas et à la boutique souvenirs, les aménagements sont financés", expliquent les propriétaires. 

Benjamin Pierret