BFMTV

Woody Allen réclame 68 millions de dollars à Amazon pour rupture abusive de contrat

Woody Allen

Woody Allen - Dimitrios Kambouris - Getty Images North America - AFP

Le réalisateur réclame 68 millions de dollars de dommages-intérêts à Amazon, qui a cessé ses relations avec lui après les accusations d'agression sexuelle le visant.

Woody Allen attaque en justice Amazon pour rupture abusive de contrat, rapporte ce jeudi 7 février The Wall Street Journal. Il accuse le studio d'avoir, sans raison, refusé de distribuer son dernier film A Rainy Day in New York et d'avoir mis fin à un contrat les unissant pour quatre films. 

Dans une plainte déposée jeudi à New York, le réalisateur réclame 68 millions de dollars de dommages-intérêts. Il affirme qu'Amazon a refusé de lui verser les neuf millions de dollars prévus pour le financement de son dernier film A Rainy Day in New York.

Dans son assignation, Woody Allen reproche aussi au groupe de Seattle de ne pas avoir assuré la distribution du film, malgré son engagement contractuel.

"Déclarations controversées", "accusations répétées"

Le metteur en scène affirme également qu'Amazon a cherché à mettre fin à l'engagement qui liait les deux parties en juin 2018, date à laquelle sa fille adoptive Dylan Farrow l'a une nouvelle fois accusé d'agressions sexuelles.

Le metteur en scène dit qu'Amazon lui aurait expliqué que la décision avait été prise du fait "d'accusations répétées", de ses "déclarations controversées" et "du refus de plus en plus répandu chez les acteurs et actrices majeurs de travailler ou d'être associés à son nom de quelque façon que ce soit".

Terminé depuis un an, A Rainy Day in New York n'est en effet jamais sorti en salles et Woody Allen n'a pas de nouveaux projets en cours. Plusieurs de ses comédiens, comme Rebecca Hall et Timothée Chalamet, se sont désolidarisés du réalisateur. Regrettant leur participation au film, ils ont reversé leur salaire à des associations. 

Jérôme Lachasse avec AFP