BFMTV

Près de la moitié des films français sont financés par la télévision

-

- - -

Si les chaînes invitent régulièrement réalisateurs et acteurs sur leurs plateaux, c’est aussi parce qu’elles entretiennent des liens financiers très étroits avec le cinéma.

Les chaînes de télévision françaises ont une obligation légale de réinvestir une partie de leur chiffre d’affaires dans le cinéma (voir le décret de 2001). Ces investissements permettent aux chaînes hertziennes de remplir leur grille de programmation. Ces films permettent ensuite aux chaînes de vendre des annonces publicitaires ou de justifier le prix d’un abonnement. Ainsi, la présence régulière d’acteurs et de réalisateurs sur les plateaux de télévision frôle bien souvent la limite de l’autopromotion.

46% des films français sortis au cinéma entre 2015 et 2016 ont été financés par une chaîne de télévision. Canal+ est le plus gros producteur de cinéma français, derrière France Télévision et TF1. En effet, la loi contraint davantage les chaînes cryptées: elles doivent consacrer 9% de leurs ressources totales à "l’expression originale française". C’est 3,2% du chiffre d’affaires pour les chaînes en clair.

>> Méthodologie. Pour trouver ces chiffres, nous avons compilé les fiches d’informations du site IMDb, en les filtrant par pays d’origine et par date. Sur l’ensemble des titres collectés, 226 ont été financés par une chaîne et 268 n’ont aucun lien avec la télévision.

Les chaînes de télévision privilégient les films à succès

Cependant, en prenant uniquement en compte les productions à succès, la télévision devient omniprésente. L’infographie ci-dessous représente les chaînes de télévision à l’origine des films français qui ont dépassé 1 million de spectateurs dans les salles obscures. TF1, dont les revenus proviennent de la publicité, produit les plus gros succès français de 2016: Les Tuche 2: Le Rêve américain, Camping 3 ou Les Visiteurs: La Révolution.

-
- © -

Comédie pour TF1 et drame pour Canal+

Le box-office le montre bien: les chaînes de télévision françaises ont des stratégies très différentes en termes d’acquisition de films. TF1 se montre très friande de comédies, tandis que Canal+ mise avant tout sur les drames. Ces deux genres représentent la majorité des investissements de toutes les chaînes. Le thriller, le crime et la biographie sont à l'inverse des genres moins prisés par les chaînes. Certaines catégories de films sont boudées: entre 2015 et 2016, par exemple, sur cinq films d’horreurs, un seul a été financé par la télévision, par la chaîne Arte.

>> Méthodologie. Les films classés dans plusieurs genres ne sont comptabilisés qu’une fois. Nous avons pris seulement en compte le premier genre indiqué. Ainsi une comédie dramatique sera comptabilisée dans "comédie".

Emeline Gaube