BFMTV

Mort de John Singleton, le premier réalisateur noir nommé aux Oscars

John Singleton en 2019

John Singleton en 2019 - Frazer Harrison - Getty Images North America - AFP

Auteur du célèbre Boys N the Hood, il est le plus jeune metteur en scène jamais nommé pour l'Oscar du meilleur réalisateur, devant Orson Welles.

John Singleton, le premier réalisateur noir nommé aux Oscars avec Boyz N the Hood (1991), est mort à l'âge de 51 ans après plusieurs jours dans le coma. Victime d'un AVC, John Singleton était hospitalisé depuis le 17 avril. Le personnel médical, en accord avec ses proches, a décidé ce lundi d'interrompre son maintien artificiel en vie. 

"John était un artiste courageux et une véritable inspiration. Sa vision a tout changé", a écrit sur Twitter Jordan Peele, le réalisateur à succès de Get Out et Us.

"Nos coeurs sont lourds aujourd'hui", a déclaré le président de l'association des réalisateurs américains, Thomas Schlamme, en confirmant la mort du réalisateur dans un communiqué. 

Nommé aux Oscars à 22 ans

Né en 1968, John Singleton frappe fort en 1991 avec son premier film Boyz N the Hood, un sombre tableau de l'engrenage des gangs à Los Angeles, de la violence sous-jacente de nombreux quartiers noirs de la ville et de la répression aveugle de la police.

Son film, qu'il a tourné à 22 ans seulement, est un choc culturel et une étape majeure dans l'histoire du cinéma afro-américain, avec sa distribution comprenant Angela Bassett, Laurence Fishburne, Cuba Gooding Jr et le rappeur Ice Cube, dont c'était le premier rôle.

Grand succès en salles, Boyz N the Hood décroche en 1992 deux nominations aux Oscars (meilleur réalisateur et scénario original). Reparti bredouille, Singleton reste néanmoins le plus jeune metteur en scène jamais nommé pour l'Oscar du meilleur réalisateur, devant Orson Welles.

De 2 Fast 2 Furious à American Crime Story

Le succès lui ouvre les portes d'Hollywood où il enchaîne rapidement avec un clip de Michael Jackson (Remember the Time) puis Poetic Justice (1993), un drame romantique avec Janet Jackson et Tupac Shakur. Dans Rosewood (1997), il met en image une terrible page de l'histoire américaine: le massacre, en 1923, d'une communauté noire en Floride.

En 2000, John Singleton ressuscite un des plus célèbres héros noirs du cinéma américain: le policier Shaft, interprété par Samuel L. Jackson. Le réalisateur est ensuite engagé pour signer 2 Fast 2 Furious, deuxième volet de la célèbre franchise avec Vin Diesel.

Après un dernier polar urbain, Quatre frères, sorti en 2005, John Singleton se consacre au petit écran. Il signe un épisode d'American Crime Story. L'occasion pour lui de retrouver une dernière fois Cuba Gooding Jr. dans cette reconstitution du procès d'O.J. Simpson. Dans sa dernière création, la série Snowfall, le réalisateur évoque l'épidémie du crack à Los Angeles en 1983. 

Jérôme Lachasse avec AFP