BFMTV

Le tournage haute tension de Cinquante nuances de Grey

Les acteurs de "Cinquante nuances de Grey", Jamie Dornan et Dakota Johnson, entourés à gauche de la réalisatrice Sam Taylor-Johnson et de l'auteur E. L. James.

Les acteurs de "Cinquante nuances de Grey", Jamie Dornan et Dakota Johnson, entourés à gauche de la réalisatrice Sam Taylor-Johnson et de l'auteur E. L. James. - Leon Neal - AFP

La réalisatrice Sam Taylor-Johnson revient sur le tournage très conflictuel du premier volet de Cinquante nuances de Grey.

Sur le tournage de Cinquante nuances de Grey, les coups de griffes n'étaient pas forcément ceux qu'on croit. L'auteur du best-seller E. L. James et la réalisatrice Sam Taylor-Johnson qui en a adapté le premier volet sur grand écran en 2015, ne se sont pas du tout entendues.

Sam Taylor-Johnson est revenue dans le Sunday Times, le 11 juin dernier, sur ce tournage conflictuel. La réalisatrice ne mâche pas ses mots pour raconter l'expérience. Si elle décrivait en 2015, lors de la sortie du film ses conflits avec l'auteur comme "créatifs", elle a depuis abandonné le politiquement correct et se livre aujourd'hui sans filtre.

"Je ne peux pas dire que je regrette, confie-t-elle ainsi au Sunday Times, parce que ça m'achèverait". Ou encore "Avec le recul est-ce que je le referais? Bien sûr que non. Je serais folle de le faire".

En cause notamment, la toute puissance de l'auteur E. L James, voulait décider de tout, adapter à la lettre son livre qui n'appréciait pas la réalisatrice. "J'aime bien tout le monde, explique celle-ci, et cela me trouble quand on ne m'apprécie pas. J'ai été déstabilisée par E. L. James. Je ne comprends pas quand je ne peux pas diriger une personne, quand il n'y a aucune synergie".

"Un conte de fée dysfonctionnel"

Si elle a d'abord été séduite par ce qu'elle décrit comme "un conte de fée dysfonctionnel", Sam Taylor-Johnson ne veut plus entendre parler de la licence. Elle assure n'avoir pas vu le deuxième volet de la trilogie Cinquante nuances, réalisé par James Foley, qui a pris de le relais. "Je ne le regarderai jamais, ça ne m'intéresse absolument pas", explique-t-elle.

La reine du "mummy-porn" et la réalisatrice de Nowhere boy (sur la vie de John Lennon), n'avaient pas la même vision de la façon filmer les scènes de sexe. Selon le Telegraph, E. L. James voulait quelque chose d'explicite, alors Sam Taylor-Johnson aurait souhaité plus de subtilité. Une lecture un peu plus intellectuelle et moins premier degré de cette romance SM.

Coups de cravache

Elle évoque par exemple une scène, où Anastasia Steele (Dakota Johnson) invite Christian Grey (Jamie Dornan) à la "punir" de six coups de cravache. "L'idée était qu'elle lui renvoie sa propre noirceur et en sorte plus puissante", explique la réalisatrice.

Pour les scènes SM, la réalisatrice voulait qu'Anastasia emploie comme code "rouge" pour demander à Christian d'arrêter, tandis que l'auteur voulait le mot "stop", plus évident.

Ereinté par la critique, le premier volet de Cinquante nuance de Grey a tout de même rapporté plus de 570 millions de dollars dans le monde.

Sam Taylor-Johnson sera aux commandes d'une série Netflix avec Naomie Watts, en ligne le 30 juin prochain.

Magali Rangin