BFMTV

Le film Mary Poppins taxé de racisme et de "blackface"

Mary Poppins

Mary Poppins - Disney

Selon un professeur d'université, le film Mary Poppins met en scène les acteurs principaux, le visage recouvert de suie pour se déguiser en une personne noire.

Professeur d’anglais à l'université de l’Oregon, Daniel Pollack-Pelzner accuse, dans un article paru dans le New York TimesMary Poppins de racisme et de blackface.

Le classique des studios Disney de 1964, argumente-t-il, met en scène une séquence entière où les acteurs principaux - Julie Andrews et Dick van Dyke en tête - jouent le visage recouvert de suie pour se déguiser en une personne noire. 

"Son visage est recouvert de suie et au lieu de l'enlever [Mary Poppins] s'amuse à se repoudre le nez et les joues pour apparaître encore plus noire", écrit-il, avant de citer la scène d'un livre écrit par PL Travers en 1943 où une femme de chambre s'exclame en rencontrant un ramoneur: "Ne me touche pas, sauvage noir".

"Une peur raciste dans une scène grotesque"

"Le film de 1964 rejoue cette peur raciste dans une scène grotesque", poursuit-il. "Quand les figures noires des ramoneurs balaient le toit, un bouffon, l'Amiral Boom, crie qu'il est attaqué par des Hottentots [ndlr: un peuple d'Afrique australe] et ordonne de tirer sur ces 'diables effrontés'."

Le professeur critique également la vision des Noirs dans le premier roman de la série Mary Poppins de PL Travers. Publié en 1934, il présente le personnage d'une femme noire souvent dévêtue qui "passe son temps assise sous un palmier, une couronne en feuilles sur la tête".

Disney, qui n'a pas encore réagi, a sorti en décembre dernier une suite au classique des années 1960. Intitulé Le Retour de Mary Poppins, il est porté par Emily Blunt et Lin-Manuel Miranda.

Jérôme Lachasse