BFMTV

La star du porno Rocco Siffredi mise à nu dans un documentaire

Rocco Siffredi en septembre 2016

Rocco Siffredi en septembre 2016 - Tiziana Fabi - AFP

L'acteur aux 30 ans de carrière dans l'industrie du X se dévoile dans un documentaire de Thierry Demaizière et Alban Teurlai.

Figure emblématique du porno, Rocco Siffredi est filmé sous toutes les coutures dans Rocco, documentaire de Thierry Demaizière et Alban Teurlai en salles mercredi, qui plonge le spectateur dans l'intimité de la star italienne du X, de ses tournages à l'évocation de ses doutes.

"J'ai voulu explorer la sexualité à 360°", affirme l'acteur de 52 ans originaire des Abruzzes dans ce portrait filmé, qui le suit pendant deux ans, de repas de famille à Budapest en tournages à Los Angeles, jusqu'à la dernière scène porno présumée du hardeur, qui a annoncé en 2015 vouloir arrêter sa carrière.

Un métier entre contradictions et souffrances

Devenu acteur de X avec la bénédiction de sa mère, "la femme la plus importante de [sa] vie", mais contre l'avis de tout son entourage, celui qui règne depuis trente ans sur l'industrie du porno raconte dans ce film introspectif son choix de métier, son plaisir à l'exercer mais aussi ses contradictions et ses souffrances.

Il évoque son addiction au sexe, sa tentative infructueuse pour arrêter sa carrière en 2004 avant de revenir en 2009, ou encore ses interrogations quant à l'effet de son métier sur ses deux enfants et sa femme, ancienne Miss Hongrie qui "a compris qu'il ne peut pas vivre sans porno".

"Je n'arrive pas à profiter d'une vie tranquille", confie celui qui avoue que "son sexe l'a toujours torturé". "C'est comme si inconsciemment je cherchais la mort".

Un film troublant

Les deux réalisateurs, auteurs du documentaire Relève sur le chorégraphe Benjamin Millepied, disent avoir été "frappés d'emblée par la complexité et la douleur du personnage" de Rocco Siffredi.

Ils signent avec Rocco un film troublant à l'esthétique soignée, qui montre des scènes parfois très crues mais filme des visages, des mains ou des muscles plutôt que des pénétrations pour se démarquer des images du porno.

Dérangeant, le documentaire l'est notamment quand il montre de jeunes actrices débutantes parfois jetées en pâture, subjuguées ou apeurées par Rocco Siffredi - réputé pour la longueur de son pénis mais aussi pour ses performances violentes.

Désir et culpabilité

Mais le film a aussi ses moments burlesques quand il donne à voir Rocco Siffredi avec son cousin Gabriele, caméraman maladroit de ses films, aux ambitions artistiques souvent comiques.

A travers ce portrait de Rocco Siffredi, les deux réalisateurs disent aussi avoir voulu "toucher à des thèmes plus larges, universels, autour du désir et de la culpabilité". Leur film, qui leur a permis d'accéder à un "monde qui fonctionne en circuit fermé", est aussi une plongée dans l'industrie du X, "qui sous forme documentaire n'a presque jamais été abordée au cinéma", souligne Thierry Demaizière.

Nawal Bonnefoy avec AFP