BFMTV

La Nasa va faire "tout son possible" pour aider Tom Cruise à tourner son film dans l'espace

Tom Cruise

Tom Cruise - AFP

L'administrateur de la Nasa Jim Bridenstine a confié être plus que partant pour ce projet ambitieux, pour lequel l'acteur américain tournerait à bord de la Station spatiale internationale.

La Nasa espère "inspirer une nouvelle génération d'explorateurs" en aidant Tom Cruise à mener son projet de film dans l'espace. Début mai, l'agence spatiale avait confirmé collaborer avec l'acteur hollywoodien et Space X, la société d'Elon Musk, sur un long-métrage à bord de la Station spatiale internationale. Peu après, le site spécialisé Deadline avait révélé que le réalisateur Doug Liman avait rejoint le projet.

Mercredi, alors que devait être lancée la capsule Crew Dragont, l'administrateur de la Nasa Jim Bridenstine a confirmé que l'agence allait faire tout son possible pour aider l'acteur américain à réaliser son rêve.

"Les gens ne font que me parler de Tom Cruise maintenant", a-t-il dit à Elon Musk lors de la retransmission en direct du lancement, finalement reporté pour raisons météorologiques. "La réponse est oui, nous adorerons que Tom Cruise s'envole vers la Station spatiale internationale pour y faire un film. Je suis absolument partant. Nous allons faire tout notre possible pour que ça se fasse."

Pour inspirer les plus jeunes

"Si on peut faire en sorte que Tom Cruise inspire un enfant à rejoindre la marine et devenir pilote, pourquoi ne pourrait-on pas faire de même pour inspirer le prochain Elon Musk", a-t-il ajouté, en référence à Top Gun, classique du cinéma qui l'a selon lui inspiré, plus jeune, à choisir son futur métier. "Nous avons besoin de ça. Nous avons besoin d'une nouvelle génération avec plein d'Elon Musk".

Le film, qui est en cours de développement, ne sera pas un épisode de la franchise Mission: Impossible. Aucun studio n'est encore attaché à ce projet. En attendant, Tom Cruise sera à l'affiche à la fin de l'année de Top Gun 2, où il pilote lui-même des avions militaires.

Nawal Bonnefoy