BFMTV

Florence Foresti: "C'est moi qui ai postulé aux César"

Florence Foresti présente la cérémonie des César 2016

Florence Foresti présente la cérémonie des César 2016 - François Guillot - AFP

L'humoriste sera la maîtresse de cérémonie des César 2016. Un pari pour Florence Foresti qui aura pour mission de dérider un public par habitude plutôt glacial...

Elle en fait des "cauchemars la nuit", mais c'est pourtant bien elle qui l'a cherché. Dans un entretien accordé à Clique, Florence Foresti s'est confiée sur la prochaine cérémonie des César qu'elle aura la tâche de présenter ce vendredi 26 février au Théâtre du Châtelet à Paris. Une mission périlleuse remplie avec plus ou moins de succès par le passé par Gad Elmaleh, Edouard Baer, Antoine de Caunes, Valérie Lemercier ou même Cécile de France.

Pourtant, ce défi, l'humoriste l'a voulu. "On n'est pas venu me chercher, c'est moi qui suis allée postuler", confie-t-elle à Mouloud Achour. Je suis allée chercher du boulot, ça ne m'était pas arrivé depuis longtemps."

"Ils (Canal+ et l'académie des César, NDLR) m'ont fait passé un petit oral", raconte Florence Foresti avec humour, expliquant qu'on lui avait demandé ses références dans le cinéma. "C'est un vieux rêve, ça fait quelques années que j'ai envie de le faire. Mais à chaque fois, soit ils ne sont pas prêts, soit je ne suis pas prête."

"Les César, c'est un prétexte pour m'amuser"

"Je ne vais pas danser", prévient d'abord l'humoriste, qui espère faire rire les téléspectateurs et le public, souvent peu réceptif, avec ses "parodies inspirées du cinéma". "Ce qui m'intéresse dans l'exercice, c'est que c'est un terrain de jeu, je n'ai jamais fait de spectacle autour du cinéma. Les César, c'est un prétexte pour m'amuser, se foutre une perruque et faire une Annie Hall ou une Nikita," avoue-t-elle.

Florence Foresti assure que son show pour les César "ne sera pas autocentré, mais sur les autres tout en essayant d'être drôle." Mais l'humoriste ne cache pas son "angoisse" face à l'attente du public. "Le vrai défi est d'arriver à être moi-même. Il ne faut pas que j'aie trop peur, que la cérémonie m'écrase et que je joue à quelqu'un d'autre, en faisant des vannes qui ne sont justement pas des vannes à moi, mais des vannes 'César'."