BFMTV

Comment les créateurs de Ralph 2.0 ont représenté le monde d’Internet

Ralph 2.0

Ralph 2.0 - Copyright Walt Disney France

Rich Moore et Phil Johnson, réalisateurs des Mondes de Ralph et de Zootopie, reviennent ce mercredi 13 février avec Ralph 2.0. Ils racontent à BFMTV.com comment ils ont recréé le monde d’Internet où se déroule l’action du nouveau Disney.

Après avoir donné vie aux jeux d’arcade des années 1980 dans Les Mondes de Ralph et à une mégalopole d’animaux dans Zootopie, Rich Moore et Phil Johnson ont accompli dans Ralph 2.0 leur plus grand défi: matérialiser le monde d’Internet pour y raconter les aventures mouvementées de Ralph et de Vanellope.

"C’est le plus grand monde que nous ayons eu à créer chez Disney", confirme Rich Moore. "L’essence de notre studio est d’être capable de s’emparer de quelque chose d’abstrait et de le transformer en un monde que l’on pourrait réellement découvrir. Il y a eu beaucoup de recherches. Non seulement nous nous sommes renseignés sur les batteries de serveurs, mais nous avons aussi ouvert beaucoup d’ordinateurs et d’équipements numériques pour voir à quoi cela ressemblait à l’intérieur et nous en inspirer."

Outre ce travail de documentation, le duo a bénéficié de son expérience sur les gigantesques univers de leurs films précédents: "Zootopie est une incroyable ville avec beaucoup de détails aux niveaux macro et micro. Internet est Zootopie fois 500", résume Rich Moore. "Techniquement et artistiquement parlant, Zootopie a ouvert la porte pour la création de nouveaux mondes immenses."

Le design des immeubles

Une fois le travail de recherches achevé, le duo s’est penché sur le design des buildings composant cette mégalopole qui peut faire penser par bien des aspects à New York. Si certains immeubles sont uniques (Wikipédia est un livre géant, Amazon une grosse boîte), tous n’ont pas eu ce traitement de faveur:

"Si vous avez des milliers de buildings à designer, il est impossible de tous les rendre uniques. Et il est impossible de tous les animer”, indique Phil Johnson. “Notre chef décorateur a donc examiné la manière dont Internet fonctionne pour voir comment les buildings seraient reliés les uns aux autres."

Les immeubles, pourtant, ont tous été travaillés avec précision et donnent l’impression d’être habités. "Quand les gens pensent à un film d’animation, ils pensent uniquement aux animateurs, les personnages, l’animation des traits du visage", s’amuse Rich Moore. "Mais il y a aussi des gens qui s’occupent des foules. Ce sont eux qui s’occupent des millions de figurants de notre film et des personnages qui se promènent sur leur balcon et allument la lumière dans les immeubles."
Ralph 2.0
Ralph 2.0 © Copyright Walt Disney France

Presque un monde utopique

La ville imaginée par le duo et les équipes de Disney retrace aussi l’histoire d’Internet. "Les débuts d’Internet sont ainsi situés au sous-sol", analyse Rich Moore. "Il y a une scène où Ralph va récupérer sa médaille de héros et celle-ci est située dans une zone qui ressemble aux premières versions d’Internet, avec un côté très utilitaire. On imagine ce monde comme un univers en évolution permanente, très vertical. Au sommet sont situées les choses les plus contemporaines, les meilleures."

Pour cette raison, il fait jour en permanence dans le monde d’Internet, même s’il n’y a pas de soleil. Une manière de dire qu’Internet ne ferme jamais, mais aussi de symboliser l’utopie qu’il peut représenter au premier abord:

"Quand Ralph et Vanellope y arrivent, c’est le monde de leurs rêves", commente Rich Moore. "C’est le monde qui va permettre de tout améliorer chez eux. C’est presque un monde utopique. Il fait toujours beau en haut de la colline. Puis, au fur et à mesure de l’histoire, les ennuis se manifestent, ils ont des problèmes entre eux, leur amitié bat de l’aile. Puis nous visitons des endroits qui ne sont pas si joyeux. Ralph s’enfonce dans le vieil Internet, le Dark Net aussi. Il y accomplit des choses peu honorables. C’est un endroit sombre, sordide. Nous voulions montrer qu’Internet ne contient pas que des bonnes choses, mais pas que des mauvaises non plus."

Ralph 2.0
Ralph 2.0 © Copyright Walt Disney France

Le design des années 1960

Les couleurs utilisées dans Ralph 2.0 - bleu, jaune, brun, ocre, vert - racontent aussi visuellement l’histoire: "Le film commence avec des tons nostalgiques, comme dans les films Amblin [les productions de Spielberg des années 1980 comme E.T. ou Les Goonies, NDLR], puis devient lumineux avec Internet avant de basculer progressivement dans une atmosphère plus sombre à la fin du deuxième acte", dit Rich Moore.

"Même si c’est une comédie, il y a une superbe direction artistique dans le film", complète Phil Johnson. "Nous voulions donner à chaque site Internet, à chaque quartier sa couleur pour que le public puisse suivre ce voyage complexe. Notre objectif est que le look évoque Internet, que le spectateur ait la sensation d’être devant Internet."

Leur version d’Internet ressemble, par bien des aspects, aux années 1960. Pour les habitants de ce monde, les Netizens, Rich Moore et Phil Johnson se sont appuyés sur la mode vestimentaire de cette décennie. Une référence aux prémisses d’Internet qui ont eu lieu à cette époque, précise Phil Johnson. Pour le personnage symbolisant la barre de recherche d’Internet, ils ont aussi mélangé les techniques d’animation 3D et 2D en demandant à un animateur à la retraite de revenir réaliser les yeux du personnage comme dans les dessins animés des années 1950-1960.

"On s’est inspiré du studio UPA, qui avait un design simple, magique, mais aussi de Disney qui à cette époque avait un style pour leurs personnages qu’ils appelaient ‘mod’ pour ‘moderne’", dit Rich Moore. "Nous voulions donner l’impression que leur histoire venait de là."

Jérôme Lachasse