BFMTV

Clip d’Indochine: Xavier Dolan répond au CSA

Extrait du clip d'Indochine, "College Boy".

Extrait du clip d'Indochine, "College Boy". - -

L’auteur du clip controversé d’Indochine adresse une lettre ouverte à Françoise Laborde, qui souhaite faire interdire la vidéo aux moins de 18 ans.

Xavier Dolan ne se laisse pas faire. Après la vive polémique déclenchée par le clip qu’il a réalisé pour le titre College Boy d’Indochine, le réalisateur québécois s’adresse dans une lettre ouverte à Françoise Laborde. Membre du CSA, celle-ci n’a pas caché sa volonté de faire interdire aux moins de 18 ans le clip, dont "la violence est insoutenable".

Il n’en fallait pas plus au jeune réalisateur de Laurence Anyways pour se défendre. Sur un ton courtois mais direct, il évoque ainsi "l'inaptitude de l'adulte moderne à tolérer la mise en images des phénomènes sociaux dont il est directement ou indirectement responsable".

Plus de 500.000 vues sur Youtube

"'On ne dénonce pas la violence en montrant de la violence', ajoutez-vous. Alors comment la dénonce-t-on? Comment la dénonce-t-on sinon par la démonstration par l'absurde? Qui peut ici se targuer d'avoir pu sensibiliser les générations précédentes à l'intolérance, l'agressivité et l'ostracisme? Vous?", poursuit-il.

"Censurer mon travail parce qu'il est violent fait montre d'une grande incompréhension de l'essence du vidéoclip, dont votre lecture se limite aux surfaces, mais plus largement de votre incompréhension du contexte social dans lequel vous œuvrez, et de l'incompatibilité de votre démarche avec cet espace-temps", poursuit Xavier Dolan.

Le réalisateur enfonce le clou, et assure qu'une interdiction de diffusion à la télévision n'aura que peu de conséquences sur la renommée du clip: "l'Internet veillera à la survie de ce document produit non pas dans l'optique d'exploiter la violence de manière superficielle, mais bien dans celle de fournir à la jeunesse une œuvre à la fois réaliste et poétique, et qui puisse illustrer de manière graphique la brutalité dont ils sont tour à tour les dépositaires, instigateurs, ou témoins."

Le clip a déjà atteint plus de 500.000 vues sur YouTube.


A LIRE AUSSI: >> Avec "College Boy", Indochine choque le CSA

>> Indochine se défend de toute violence avec le clip de "College Boy"

>> Au Québec, une chaîne musicale boycotte "College Boy"