BFMTV

Chantal Goya au cœur d'une enquête sur la "banque des pauvres"

Chantal Goya en 2008

Chantal Goya en 2008 - François Guillot / AFP

La chanteuse, endettée, a obtenu un prêt d'une banque bordelaise alors qu'elle était inscrite au même moment au fichier central des chèques.

Le nom de Chantal Goya a été cité dans une enquête portant sur le Crédit municipal social et solidaire de Bordeaux. Surnommé la "banque des pauvres", ce lieu propose des prêts sur gages tout en livrant une activité bancaire classique.

Il est actuellement au cœur d'une enquête dirigée par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution après "l’octroi de prêts à très haute valeur, comme ceux accordés à des marchands d’art" ou à la chanteuse de Bécassine, révèle Sud Ouest.

"Ni perte, ni contentieux à déplorer"

Selon le quotidien, Chantal Goya et son mari le compositeur Jean-Jacques Debout ont obtenu un prêt d'un montant de 2,2 millions d'euros en avril 2018. Il aurait été établi à partir des droits d'auteur de l'artiste en 2016, mais sans prendre en compte ses dettes, détaille l'enquête, qui précise également que le couple était inscrit à la même époque au fichier central des chèques.

Christophe Leuret, directeur du Crédit Municipal de Bordeaux, s'est défendu en précisant que ses clients sont des "personnes en difficulté ou laissées en marge du secteur bancaire". Il a tenu à assurer qu'il n'avait "ni perte, ni contentieux à déplorer".

Jérôme Lachasse