BFMTV

Catherine Deneuve "adorerait" tourner avec Woody Allen et défend de nouveau Roman Polanski

Catherine Deneuve en septembre 2018 au défilé Yves Saint Laurent

Catherine Deneuve en septembre 2018 au défilé Yves Saint Laurent - François Guillot - AFP

L'actrice française, vivement critiquée pour ses prises de position durant la vague #MeToo, affiche son soutien à deux cinéastes controversés.

Plusieurs fois critiquée pour ses prises de parole polémiques face aux répercussions de l'affaire Weinstein, Catherine Deneuve campe sur ses positions. Dans une interview publiée ce jeudi par Paris Match, l'actrice évoque son désir de travailler avec Woody Allen et réitère son soutien à Roman Polanski, deux cinéastes pointés du doigt dans des affaires de moeurs. 

"J'adorerais tourner avec (Woody Allen)" déclare l'actrice. "C'est un homme d'un immense talent. Je ne vois pas pourquoi je n'accepterais pas. Qui m'en empêcherait?"

Depuis plus de 20 ans, Woody Allen fait l'objet des accusations de sa fille adoptive Dylan Farrow, qui assure que le réalisateur de Manhattan l'a attouchée lorsqu'elle était enfant. Lui s'est toujours défendu des actes qu'on lui reproche et la justice a renoncé à des poursuites

Roman Polanski "a plus que payé"

Catherine Deneuve confirme par ailleurs son soutien à Roman Polanski, qu'elle a déjà exprimé par le passé. Le cinéaste avait plaidé coupable en 1977 de détournement de mineure pour avoir eu des relations sexuelles illégales avec Samantha Geimer, alors âgée de 13 ans. Il a ensuite fui les États-Unis pour éviter une possible condamnation. 

"L'affaire de Roman Polanski, c'est un cas d'école. La façon dont il a été traité est inadmissible", estime-t-elle. "Il a plus que payé. Je pense que dans cette histoire beaucoup de femmes sont aveuglées par leur féminisme et ne connaissent même pas en détails les faits juridiquement parlant."

À la suite de la chute du producteur américain Harvey Weinstein, accusé en 2017 d'abus sexuels par de nombreuses femmes, des centaines d'internautes ont pris la parole de part et d'autre de l'Atlantique pour dénoncer les agressions sexuelles dont elles ont elles-mêmes été victimes. Alors que ces témoignages inondaient Twitter sous les hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc, Catherine Deneuve avait surpris en co-signant une tribune à contre-courant en janvier 2018, défendant la "liberté d'importuner" des hommes. "Que des gens soient en colère après moi ou qu'ils soient déçus, ce n'est pas mon problème", déclare-t-elle aujourd'hui. 

Benjamin Pierret