BFMTV

Britney Spears évoque sa dépression et son crâne rasé: "Mais que'est-ce que j'avais dans la tête?"

Britney Spears à Las Vegas en novembre 2015

Britney Spears à Las Vegas en novembre 2015 - David Becker - Getty Images North America - AFP

La chanteuse de Slumber Party revient dans une interview sur les années les plus difficiles de sa carrière et de sa vie, évoquant les raisons de sa descente aux enfers.

Ces images ont marqué l'histoire de la pop: Britney Spears se rasant elle-même le crâne dans un salon de Los Angeles, le 16 février 2007. Les photos, qui ont fait la une des tabloïds du monde entier, représentent la quintessence des années les plus noires de la chanteuse, entre addictions, divorce sur-médiatisé et dépression

Dans les colonnes du magazine israélien Yediot Ahronot, en vue de son concert à Tel Aviv le 3 juillet, l'interprète de Make Me revient en détail sur ces difficiles années. Dix ans plus tard, à 35 ans, Britney Spears en est à son neuvième album et s'apprête à mettre un terme à quatre ans d'un show en résidence à Las Vegas, Piece of Me, dont le succès ne s'est jamais démenti.

Pressions et impuissance

"Je crois que je m'amusais quand j'étais plus jeune", commence par expliquer celle qui a connu la gloire à 16 ans avec le tube planétaire ...Baby One More Time. "J'étais une fille plutôt normale, un garçon manqué. Mais ma vingtaine a été horrible."

"Beaucoup de décisions étaient prises pour moi (...) Ma vie était contrôlée par trop de monde et cela ne vous permet pas vraiment d'être vous-même", estime la chanteuse. "Dans cette situation, quand vous n'avez pas le contrôle, vous devenez moins enthousiaste, et il y a moins de passion concernant la musique."

Britney Spears évoque également la pression d'être la plus grande idole adolescente de son époque, et tout ce que son statut l'a forcée a accepter:

"J'étais perdue, et je ne savais pas quoi faire de moi-même. J'essayais de satisfaire tout le monde autour de moi parce que je fonctionne comme cela. Ce sont les moments auxquels je repense en me disant: 'Mais qu'est-ce que j'avais dans la tête?'".

Parmi ces "moments", elle compte le python qu'elle a pris autour de son cou sur la scène des VMA en 2001 (un épisode qu'elle qualifie d'"effrayant", de "stupide", et qu'elle assure qu'elle ne referait jamais).

"Ma trentaine est bien meilleure"

Après son rasage de crâne, Britney Spears s'isole pour recouvrer sa santé mentale: "Je pense que les paparazzi ont relâché la pression après que je n'ai pas quitté ma maison pendant deux ans", estime-t-elle. Avec le recul, elle attribue ses difficultés à l'incessant tourbillon de la célébrité qu'elle n'a pas su arrêter: "Je pense que j'aurais dû m'accorder plus de pauses dans ma carrière, et me responsabiliser quant à ma santé mentale." 

Elle a retrouvé un équilibre, en partie grâce à ses fils Sean et Jayden: "Ma trentaine est bien meilleure. J'ai appris à me connaître mieux", affirme Britney Spears. "Mes enfants ont façonné ma personnalité et m'ont nourrie. Ils m'ont permis d'arrêter de m'inquiéter sur ce qui pouvait m'arriver."

Benjamin Pierret