BFMTV

Brigitte Lahaie dénonce le féminisme "contre l"homme" de #MeToo et #BalanceTonPorc

Brigitte Lahaie

Brigitte Lahaie - Thomas Samson / AFP

L'animatrice de radio dresse un bilan des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc et dénonce "un vrai problème de rapports hommes-femmes".

Un an après l'affaire Weinstein, Brigitte Lahaie dresse un bilan des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc dans une interview accordée au Point. Heureuse de voir la parole se libérer, l'animatrice de radio estime que "la société dans son ensemble [prend] conscience qu’il y a une réelle violence faite aux femmes".

Cependant, ajoute-t-elle, "il ne faut pas que cela donne l’impression aux femmes qu’au moindre truc qui ne leur convient pas, elles peuvent aller porter plainte". Pour Brigitte Lahaie, ces mouvements ont comme conséquence "un vrai problème de rapports hommes-femmes". 

"C'est très compliqué aujourd'hui pour les hommes de prendre la parole. Dès qu'ils le font, ils passent pour des salauds ou des machos", affirme-t-elle, avant d'ajouter que "le féminisme actuel n’est pas pour la femme mais contre l’homme". 

"Des hommes me disent qu'ils n'osent plus offrir un café à des collègues femmes. Il y a une forme d'autocensure. Les hommes ne savent plus trop comment séduire les femmes. Et draguer, n'en parlons même pas!", explique-t-elle encore, en assurant que "les femmes ne s'y retrouvent pas non plus."

'Il faut apprendre aux femmes à se défendre"

"Ce qui me gêne beaucoup dans ce mouvement #MeToo, c’est qu’on ne responsabilise pas les femmes, qui sont réduites à des victimes d’hommes qui ne savent pas se maîtriser. Il faut apprendre aux femmes à se défendre", martèle l'ancienne actrice de films X, qui assure qu'il "faut une éducation affective dès la maternelle" pour expliquer aux enfants la notion de consentement.

Dix mois après avoir déclaré, sur BFMTV, qu' "on peut jouir lors d'un viol", Brigitte Lahaie est revenue sur cette polémique: "Cela peut surprendre, beaucoup de gens ne le savent pas. C'est une vérité qu'on n'a pas envie d'entendre. Dit par moi, c'est d'autant plus mal interprété. Si un médecin l'avait dite, cela n'aurait pas fait polémique."

Jérôme Lachasse