BFMTV

"Un cow-boy dans le coton": le prochain "Lucky Luke" se dévoile avec de premières planches

Le célèbre cow-boy s'attaquera à la ségrégation raciale dans cet album à paraître le 23 octobre. Une première dont le scénariste Jul parle à BFMTV.

Lucky Luke sera bientôt de retour. Le 23 octobre sortira Un cow-boy dans le coton, nouvel album des aventures du célèbre personnage, dont BFMTV vous dévoile de premières planches dans la vidéo ci-dessus. Lucky Luke y hérite d'une plantation de coton en Louisiane. Il va y découvrir la ségrégation et se confronter au Ku Klux Klan. Il pourra compter sur un ami avec qui il travaillera en duo, l'un des premiers Marshalls noirs des États-Unis, le légendaire Bass Reeves.

"Ce Bass Reeves, shérif noir mythique qui a dans la réalité arrêté plus de 3000 malfaiteurs dans toute sa carrière, on en a fait un compère", explique Jul, scénariste de l'album, à BFMTV. "Quelqu'un qui connaît (la situation) puisqu'il est né esclave."
L'une des planches du prochain "Lucky Luke"
L'une des planches du prochain "Lucky Luke" © Éditions Dargaud

Au cœur de l'actualité

Pour aborder la ségrégation, Jul s'est documenté pendant quatre ans. Depuis, la mort de George Floyd et la résurgence du mouvement Black Lives Matter qui en a découlé ont remis le racisme au cœur du débat. De fait, Un cow-boy dans le coton est plus que jamais dans l'actualité:

"C'est très difficile de continuer à être une comédie, à avoir de l'action, à être gai, à ne pas réécrire l'histoire de l'esclavage", explique Jul. Lucky Luke ne va pas abolir la ségrégation raciale par un coup de baguette magique, cela aurait été ridicule."
L'une des planches du prochain "Lucky Luke"
L'une des planches du prochain "Lucky Luke" © Éditions Dargaud

Lucky Luke dans l'histoire

Fort de son parcours d'historien, Jul s'attèle à inscrire le cow-boy solitaire dans l'Histoire depuis trois albums. Il l'avait fait avec les Juifs dans l'album La Terre Promise, paru en 2016.

En 80 albums et 72 ans d'existence, Lucky Luke n'a jamais représenté les Noirs que dans des rôles très secondaires. C'est la première fois que le scénario met un afro-américain au coeur de l'intrigue.

Nicolas Béhar avec Benjamin Pierret