BFMTV

Avec Raya, les stars ont désormais leur propre site de rencontre

Moby et Kelly Osbourne

Moby et Kelly Osbourne - Michael Buckner - Getty - AFP et Angela Weiss - Getty - AFP - Montage BFMTV.Com

Moby, Patrick Schwarzenegger et bien d'autres célibataires se donnent désormais rendez-vous sur Raya, où célibat et popularité sont exigés.

Exit Tinder, Happn et autre Meetic; la drague 2.0 évolue. Si certains misent désormais sur l’application Whim, les stars elles, semblent s’être donné rendez-vous sur Raya. Lancée en mars dernier, l’application de rencontres, possède d’ores et déjà un beau tableau de chasse: Moby, Patrick Schwarzenegger ainsi que de nombreux top models auraient -selon Alice Hines, journaliste du New York Magazine ayant infiltré le réseau- souscrit à l’abonnement à 7,99 par mois afin de trouver l’amour.

Popularité exigée

Si certains s’imaginent déjà télécharger l’application sur leur smartphone afin de séduire la planète people, ils risquent d’attendre longtemps. Car pour les membres de Raya, bien que l’amour n’ait pas d’âge et visiblement pas de prix, il ne se donne pas pour autant à n’importe qui.

Avant de rejoindre les célibataires exigeants de cette application, il faudra d’abord répondre à un critère bien précis: être populaire. Pour ce faire, Instagram ou un algorithme secret ainsi qu’un comité de décision se mettent à stalker le profil du candidat.

Une politique de confidentialité drastique

Afin de protéger sa communauté et les noms connus qui s’y trouvent, Raya a tout prévu. Ainsi, un utilisateur qui s’aventurerait à faire une capture d’écran d’un profil se verrait immédiatement banni de la plateforme.

Pour l’heure, seule Alice Hines semble avoir réussi à infiltrer le réseau. Outre les noms révélés par la journaliste, on apprend que nombreux sont ceux à s’être inscrits afin de "booster leurs ego" plutôt que pour trouver véritablement l’amour. Un procédé déjà décrié par de nombreux membres d’applications de rencontres plus populaires, qui se plaignent de la mise en place d’une course aux "likes".