BFMTV

Attentat au Bataclan: le chanteur des Eagles of Death Metal met en cause des vigiles

Jesse Hughes en concert aux Etats-Unis en octobre 2015

Jesse Hughes en concert aux Etats-Unis en octobre 2015 - Kevin Winter - Getty Images North America - AFP

Jesse Hughes, le chanteur du groupe Eagles of Death Metal, estime que l'absence de plusieurs vigiles chargés de la sécurité du concert le soir du 13 novembre 2015, n'est pas due au hasard.

Les agents de sécurité du Bataclan seraient-ils impliqués dans les attentats du 13 novembre dernier? C'est ce qu'a laissé sous-entendre sans preuve, Jessie Hughes, le chanteur du groupe Eagles of Death Metal, qui était sur scène au moment de l'attaque.

"Six agents de sécurité ne sont jamais venus"

Interrogé par la chaîne américaine Fox Business - une chaîne réputée plus conservatrice encore que Fox News - l'artiste a déclaré avoir été surpris par le manque de professionnalisme des agents lors du concert:

"Lorsque je suis arrivé dans la salle, je suis passé devant le type qui était en charge de la sécurité des backstages (coulisses). Il ne m’a même pas regardé. Je suis allé directement voir le promoteur du concert pour lui demander 'c’est qui ce type? Je veux qu’on mette un autre mec'. Il m’a répondu 'quelques-uns des gardes de sécurité ne sont pas encore arrivés'. Et en fait j’ai découvert que six gardes ou quelque chose comme ça ne sont jamais venus", a-t-il confié.

Bien que Jesse Hughes ait expliqué ne pas vouloir tirer de conclusions hâtives avant la fin de l'enquête de la police, il a conclu: "Il semble assez évident qu'ils devaient avoir une bonne raison pour ne pas venir". Des déclarations qui laissent penser que certains vigiles auraient ainsi pu être au courant des attentats dans la salle de spectacle. Une thèse qui reste, pour l'heure hypothétique, puisque rien dans l’enquête ne permet de l’accréditer.

Contacté par BFMTV, Jules Frutos, le co-dirigeant du Bataclan a indiqué qu'il n'avait "pas le désir de commenter ce genre de déclaration. Elle se suffit à elle-même dans sa stupidité".

R.I