BFMTV

Annulation de Solidays: Kyan Khojandi et Antoine de Caunes se mobilisent pour Solidarité Sida

Antoine de Caunes sur le plateau du Grand Journal

Antoine de Caunes sur le plateau du Grand Journal - Bertrand Guay - AFP

Dans une vidéo diffusée par le média Brut, les deux comédiens lancent un appel aux dons afin d'aider la lutte contre le sida.

Le festival Solidays, prévu par Solidarité Sida du 19 au 21 juin, a été annulé en raison du coronavirus. Un coup dur pour cet événement, qui reverse chaque année des fonds à près de 80 associations. Dans une vidéo partagée par le média Brut, Kyan Khojandi et Antoine de Caunes, qui devaient tout deux y participer, se sont mobilisés afin d'appeler aux dons pour la lutte contre le sida.

"Financer de vraies actions sur le terrain"

Antoine de Caunes, président d'honneur de Solidarité Sida, rappelle que Solidays est "un festival très différent des autres". "Parce que oui, il y a de la musique, il y a plein d’attractions, il y a des choses marrantes à faire. Mais c’est surtout un festival où on fait circuler cette idée forte de la solidarité, au-delà du seul problème du sida", explique-t-il.

"On célèbre la solidarité et en même temps, notre billet va financer des vraies actions sur le terrain", ajoute Kyan Khojandi. "Le but du festival, c’est de faire rentrer de l’argent qu’on peut ensuite redistribuer aux associations", souligne Antoine de Caunes.

"Un acte militant"

"Là, on a un manque à gagner de 3 millions d’euros. C’est là notre problème d’aujourd’hui et l’objectif des mois qui viennent", selon Antoine de Caunes. Les solutions pour aider? Choisir, pour les festivaliers, de ne pas se faire rembourser leur billet. "Via ce non-remboursement, vous pouvez faire une sorte d’acte militant pour soutenir le combat contre le sida", estime Kyan Khojandi. Jusqu'au 30 avril, il est également possible d'acheter des billets, comme si le festival avait lieu. 

Les deux comédiens appellent également à donner directement à Solidarité Sida. "L’idée, c’est que 70% de ces 3 millions d’euros ont un impact direct dans le fonctionnement de l’association. C’est-à-dire que le risque, c’est que l’association disparaisse, qu’on ne puisse pas organiser les Solidays 2021", précise Antoine de Caunes.

Nawal Bonnefoy