BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

Vincennes: les cyclistes insatisfaits du plan "vélo et mobilités douces" de la ville

La ville de Vincennes a adopté le mois dernier son plan "vélo et mobilitiés douces". Un projet de 11 millions d'euros qui ne satisfait pas les cyclistes vincennois.

La ville de Vincennes, dans le Val-de-Marne, a adopté le mois dernier son plan "vélo et mobilités douces". Un projet à 11 millions d'euros qui s'étale sur six ans. Mais les propositions faites par la municipalité ne semblent pas satisfaire les cyclistes vincennois.

L'association des cyclistes de la ville, Vincennes à Vélo, reproche à la commune de ne pas avoir pris en compte les demandes qu'elle avait formulé.

"On ne peut pas se contenter de faire de la peinture blanche"

Parmi ses revendications, l'association avait notamment demandé des voies dédiées aux cyclistes. Le plan vélo de la Ville comprend bien l'aménagement de 6,3 km de voies, dont 1,5 km "en piste ou bande cyclable". Mais pour l'association, c'est la façon d'aménager ces pistes qui pose problème.

Le collectif demande depuis plusieurs années la création de voies spécifiquement destinées aux vélos, et pas seulement un espace délimité sur la chaussée par un marquage au sol.

"On ne peut pas se contenter, ce qui est le cas actuel, de faire de la peinture blanche", déclare Olivier Sester, membre de l'association, au micro de BFM Paris.

Autre point sur lequel l'association se sent lésée: le manque de sécurité sur les bandes cyclables existantes. Dans un courrier adressé à la maire de Vincennes début mars, le président de Vincennes à Vélo, Christophe Chauvin, reproche à la collectivité de ne pas avoir pris en compte le rapport des services techniques.

"Vos services techniques, très compétents, avaient réalisé (...) une conclusion partagée par tous: beaucoup de contresens et de bandes, mais peu de pistes cyclables. Aucune continuité dans les aménagements cyclables de la ville: pas d'axe Nord-Sud, pas d'axe Est-Ouest. (...) Il me semble que leur travail a été ignoré."

Le plan prévoit également des initiations au vélo dans toutes les écoles de la ville, un argument que le président de l'association utilise pour pointer du doigt le manque d'aménagement: "Vous déclarez vouloir que les enfants vincennois puissent apprendre le vélo, mais vous ne leur permettez pas d'exercer cet apprentissage en sécurité pour aller à l'école."

Un plan pour "partager l'espace public"

De son côté, la mairie précise que ce plan n'est pas un plan vélo uniquement, mais un plan "vélo et mobilités douces".

"Comme son nom l'indique, c'est un plan qui est plus large", déclare Charlotte Libert Albanel, maire de Vincennes. "Ce plan a vocation à faire en sorte que nous puissions partager l'espace public. Partager, ça veut dire qu'il y ait de la place pour tout le monde."

Le plan ne concerne donc pas que les cyclistes, puisqu'il prévoit l'instauration d'une limitation de vitesse à 30 km/h dans toute la ville.

La cohabitation entre les cyclistes et les automobilistes est d'ailleurs l'une des préoccupations principales des habitants de la commune. "Il faut prévoir des voies de circulation, mais qui ne se fasse pas au détriment de la fluidité de la circulation des automobiles", explique un Vincennois. "Il y a un équilibre qui n'est pas facile à calculer."

Une autre usagère affirme qu'il faut saluer l'effort fait par la commune avec ce plan mobilités: "C'est une première étape. (...) Après, je pense que ça ne pourra faire que progresser."

En 2021, Vincennes a reçu la note de D au baromètre des villes cyclables réalisé par la Fédération des usagers de la bicyclette. Une note qui correspond à une ville "moyennement favorable" aux cyclistes, selon le baromètre.

Ella Jelidi, Bettina de Guglielmo et Laurène Rocheteau