BFM Paris

Seize maires franciliens de gauche demandent la gratuité des masques

Des masques de protection (illustration).

Des masques de protection (illustration). - WANG ZHAO © 2019 AFP

Ils estiment que la gratuité des masques doit être "universelle", le rôle de l'Etat étant de protéger l'ensemble de sa population".

Seize maires franciliens de gauche, réunis au sein d'une "Coordination anti-Covid" demandent au président Emmanuel Macron d'assurer la gratuité des masques pour tous, afin "de protéger l'ensemble de la population", ce mercredi dans un communiqué.

"Monsieur le président de la République, comme vous, nous partageons l'idée qu'il est impératif, dans la période qui s'annonce, de sécuriser la production de masques de protection comme la gestion de nos stocks", écrivent ces maires, dans ce communiqué publié par Luc Carvounas (Alfortville).

"En revanche, il nous semble nécessaire que cette protection sanitaire - dans un contexte de renforcement des mesures obligatoires de port du masque - soit intégralement prise en charge par l'Etat. La gratuité des masques doit être pour nous universelle".

40 millions de masques lavables distribués aux plus pauvres

"Le rôle de l'Etat est de protéger l'ensemble de sa population, et pour reprendre vos propres mots, 'quoi qu'il en coûte'", ajoutent-ils, faisant référence à l'expression employée par le chef de l'Etat en mars dernier.

Mardi, Valérie Pécresse, présidente d'Île-de-France, a annoncé la distribution à la rentrée de deux masques lavables aux 500.000 lycéens de la région.

Plusieurs voix politiques et associatives se sont élevées pour demander la gratuité des masques pour tous, ce qu'Emmanuel Macron a écarté.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé mercredi que le gouvernement allait envoyer gratuitement 40 millions de masques grand public lavables aux sept millions de Français les plus pauvres.

Depuis lundi, le port du masque est devenu obligatoire dans les lieux publics clos pour enrayer une reprise de l'épidémie de coronavirus, et pourra valoir une amende de 135 euros en cas d'infraction.

F.B. avec AFP