BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

Policière tuée à Rambouillet: ce que l'on sait de l'attaque

Dispositif policier autour du commissariat de Rambouillet, où une policière a été tuée ce vendredi à l'arme blanche.

Dispositif policier autour du commissariat de Rambouillet, où une policière a été tuée ce vendredi à l'arme blanche. - BFMTV

L'attaque s'est produite vers 14h20 ce vendredi après-midi, au commissariat de Rambouillet.

Ce vendredi après-midi, une fonctionnaire de police de 49 ans du commissariat de Rambouillet est morte, après avoir été attaquée à l'arme blanche par un homme qui s'était introduit dans l'enceinte de l'établissement.

• Tuée dans l'entrée du commissariat

L'attaque s'est produite vers 14h20, dans le sas du commissariat de Rambouillet, dans les Yvelines. Une fonctionnaire de police de 49 ans a été poignardée au cou par un homme. Prise en charge par les secours, la policière grièvement blessée a succombé à ses blessures. L'assaillant est mort, tué par les tirs des policiers, qui ont fait feu sur lui quelques instants après l'attaque.

• La victime âgée de 49 ans

La victime, prénommée Stéphanie M., était âgée de 49 ans et originaire de la Manche en Normandie. Mère de deux enfants de 13 et 18 ans, elle était chargée de l'accueil de ce commissariat des Yvelines, et vivait dans ce même département. En tant qu'agent administrative, elle n'était pas armée.

Selon les premiers éléments de l'enquête, elle était sortie changer son disque de stationnement quand l'assaillant l'a attaquée.

• L'assaillant inconnu des services de police

L’assaillant, né en octobre 1984, était chauffeur-livreur de nationalité tunisienne, d'après les papiers d'identité retrouvés dans la poche de ses vêtements. Cet homme avait vécu à Thiais dans le département du Val-de-Marne, avant de déménager récemment à Rambouillet.

Arrivé en situation irrégulière en France, il a été régularisé en 2019, a appris BFMTV de source policière. L'individu était donc en possession d'une carte de séjour temporaire valable jusqu'au 25 décembre 2021.

L'individu n'était pas inscrit au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste. Il était également inconnu de la sous-direction anti-terroriste.

• Le parquet national antiterroriste se saisit de l'enquête

Le parquet national antiterroriste se saisit de l'enquête.

Une "enquête de flagrance des chefs d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste", a été ouverte et confiée conjointement à la DCPJ et à la DGSI.

Le procureur antiterroriste a détaillé les raisons qui poussent le parquet à ouvrir cette enquête:

"En premier, le déroulement même des faits qui comprend des éléments de repérage, la réalisation des faits, les modalités du crime, la personne de la victime mais aussi les propos tenus par l'auteur au moment de la réalisation des faits", a détaillé le procureur antiterroriste.

Les autorités françaises travaillent de concert avec les autorités tunisiennes pour dessiner un profil de l’assaillant, a-t-on appris ce vendredi soir.

· L'assaillant a crié "Allahou Akbar"

L'assaillant qui s'est attaqué à la fonctionnaire de police a crié "Allahou Akbar" au moment des faits ce vendredi, a-t-on appris de source policière.

· La dernière page consultée par l'assaillant sur son smartphone est une vidéo faisant référence au jihad

La dernière page consultée sur le smartphone de l'assaillant est une vidéo YouTube faisant référence au jihad, a appris BFM Paris ce vendredi. Nous ignorons, pour l'instant, à quel moment l'homme a regardé cette vidéo.

• Des perquisitions à Rambouillet et dans le Val-de-Marne

Des perquisitions étaient en cours ce vendredi. Une opération de police était menée au domicile à Rambouillet (Yvelines) de l'assaillant, avec trois véhicules du Raid stationnés dans une rue proche de l'habitation.

Dans le même temps, une perquisition avait lieu dans le Val-de-Marne, au domicile d'une personne ayant accueilli le suspect à son arrivée en France en 2009, a appris l'AFP de source proche de l'enquête, confirmant une information du Point.

• Trois personnes de l'entourage de l'assaillant en garde à vue

Trois personnes ont été placées en garde à vue vendredi soir, a-t-on appris de source proche du dossier. Selon nos informations, il s’agit de personnes appartenant à l’entourage de l’auteur des faits, dont son père. Quant aux deux autres gardés à vue, ce sont des hommes ayant hébergé l'auteur des faits, l'un récemment et l'autre à son arrivée en France, a appris BFMTV ce vendredi soir.

Solenne Bertrand