BFM Paris

Paris se dote de référents propreté dans les quartiers pour améliorer le nettoyage

Le nouveau "pacte de proximité" adopté par les élus de la ville donne plus de prérogatives aux édiles locaux en matière d'entretien de l'espace public. Il a été voté le 18 novembre dernier, quelques mois après la polémique "#SaccageParis".

Il vise à "agir plus vite" et à "être plus conforme" aux attentes des habitants, selon les termes du maire du 13e arrondissement. Le nouveau "pacte de proximité", adopté par la mairie de Paris le 18 novembre, attribue aux maires d'arrondissement davantage de responsabilités en matière de propreté.

Ce sont désormais eux qui piloteront le nettoyage des rues dans leur secteur. Parmi les moyens qui sont désormais à leur disposition: la mise en place de référents propreté. La mission de ces professionnels consiste à arpenter les rues du quartier auquel ils sont rattachés pour traquer déchets, dépôts sauvages ou encore poubelles qui débordent.

Dans le 10e arrondissement, Habiba Belhout a pris la responsabilité du quartier de la Grange-aux-Belles.

"Mon travail, c'est de sillonner mon quartier et de relever toutes les anomalies: des salissures, des dépôts sauvages, décrit-elle au micro de BFM Paris. Et moi, je remonte l'information, pour qu'elle soit traitée le plus rapidement possible." Les services de la mairie sont alors avertis.

"On fait ce qu'on peut"

"Urgence propreté intervient très rapidement, assure Cédric, agent de nettoyage. Il suffit d'un coup de téléphone."

Cependant, les dépôts d'ordures ou les salissures en tout genre sont "tellement répétitifs qu'on y revient le lendemain. On recommence", déplore Cédric. Et d'ajouter, quelque peu fataliste: "Quand c'est pas la même rue, c'est le numéro d'à côté. On jongle. On fait ce qu'on peut".

Selon Alexandra Cordebard, maire socialiste du 10e arrondissement, les nouvelles prérogatives octroyées aux édiles locaux vont permettre de davantage sanctionner les incivilités. "Tel particulier, parfois, qui vide sa cave et nous laisse tout sur le trottoir sans appeler les services, tout ça nous pouvons les identifier et les verbaliser", soutient l'édile.

Un Paris "dégueulasse"?

Cette délégation de pouvoir illustre une volonté accrue de la ville de faire de Paris une capitale plus propre, dans le sillage de"#SaccageParis". Ce mouvement, orchestré par des internautes qui publiaient au mois d'avril des photos de poubelles débordantes accompagnées du mot dièse, dénonçait la responsabilité de l'exécutif parisien dans l'enlaidissement supposé de Paris.

En attendant du changement, les riverains interrogés par BFM Paris s'accordent pour l'heure sur le fait que "Paris est très sale", "dégueulasse" ou "pas très entretenu". Avec le nouveau "pacte de proximité", la mairie espère les voir rapidement changer d'avis.

Ariane Limozin et Dah Magassa avec Florian Bouhot