BFM Paris

Paris: près de 550 migrants évacués du jardin Villemin

Depuis dimanche, ces migrants s'étaient installés dans ce parc pour réclamer un hébergement d'urgence.

Une opération d'évacuation du jardin Villemin a eu lieu ce jeudi matin, dans le 10e arrondissement de Paris. Plus de 400 migrants, qui occupaient ce parc à côté du canal Saint-Martin depuis dimanche, ont été mis à l'abri. Une centaine d'autres exilés qui ne faisaient pas partie de l'occupation, ont également été pris en charge.

Ces exilés, pour beaucoup des hommes afghans, avaient trouvé refuge dans le jardin Villemin dimanche soir, dans la foulée d'une manifestation sur la place de la République à l'issue de laquelle tous les migrants sans-abri n'avaient pu bénéficier d'une prise en charge.

Au total, 546 migrants ont été pris en charge, dont 530 hommes seuls. "Ils bénéficieront très prochainement d'un accompagnement social, sanitaire et administratif afin d'être orientés vers des hébergements adaptés à leur situation", a indiqué dans un communiqué la préfecture de la région Ile-de-France.

Un recensement

"À chaque fois qu'il y a des hébergements, c'est toujours une avancée. On sera attentif à la pérennité de l'hébergement, que ça ne soit pas une semaine ou deux pour, à nouveau, remettre à la rue les personnes", a déclaré un responsable de l'antenne parisienne d'Utopia 56 au micro de BFM Paris.

Une dizaine de cars ont pris en charge ces personnes exilées entre 6h40 et 8h. Ils ont été emmenés vers un centre d'accueil de la porte de la Villette, dans le nord de Paris, où leurs situations administratives seront étudiées.

"L'hébergement inconditionnel ne doit plus être synonyme d'hébergement anonyme", explique Didier Leschi, patron de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii), en charge de l'accueil des demandeurs d'asile et dont les équipes iront procéder à un "recensement".

Sixième action du Collectif réquisitions

Les demandeurs d'asile seront "orientés en régions", a-t-il encore précisé, tandis que les "étrangers en situation irrégulière ne relèvent pas" d'une prise en charge.

Il s'agissait de la sixième action menée à Paris par le Collectif réquisitions, après les occupations successives d'une école maternelle désaffectée du XVIe arrondissement, de l'Hôtel-Dieu, de la place de la République, du gymnase Japy dans le XIe arrondissement et, à nouveau, une manifestation place de la République dimanche.

Au total, ces actions ont permis la prise en charge de 2.733 personnes, apprécie Philippe Caro, un responsable associatif également membre du Collectif réquisitions.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions