BFM Paris

Les chauffeurs VTC manifestent à Paris pour la réouverture de la rue de Rivoli

Un faux VTC a été interpellé à Paris pour escroqueries. (Photo d'illustration)

Un faux VTC a été interpellé à Paris pour escroqueries. (Photo d'illustration) - Martin Bureau - AFP

Plusieurs dizaines de chauffeurs ont défilé en klaxonnant devant l'Hôtel de Ville pour demander la réouverture de la rue de Rivoli, réservée aux vélos, bus, taxis et véhicules d'artisans depuis le 11 mai.

Une centaine de chauffeurs VTC se sont rassemblés ce lundi devant la mairie de Paris à l'appel de plusieurs organisations pour protester contre "la décision inique de la mairie de Paris de fermer l'accès de la rue de Rivoli aux VTC", a constaté un journaliste de l'Agence France Presse (AFP).

Plusieurs dizaines de chauffeurs VTC ont défilé en klaxonnant devant la mairie de Paris pour demander à avoir accès aux voies de bus et réclamer la réouverture de la rue de Rivoli, interdite à la circulation depuis le 11 mai et réservée aux vélos, bus, taxis et véhicules d'artisans.

"Les VTC ont les mêmes obligations mais pas les mêmes droits que les taxis" déclare Arnaud Desmettre, secrétaire général de VTC de France, l'un des organisateurs de cette manifestation, aux côtés du collectif VTC Rivoli et de la société Paris Shuttle. Il souhaite "être entendu par la mairie de Paris" qui devrait les recevoir dans l'après-midi.

"On est stigmatisé"

"Systématiquement on est stigmatisé... on nous bloque des axes principaux, c'est tout simplement du favoritisme par rapport à une catégorie" témoigne Sam Youssef, chauffeur VTC, en faisant allusion aux taxis, même si, assure-t-il, "on n'est pas contre les taxis, c'est pas le but de ce rassemblement".

Martin Eteki, directeur de Paris Shuttle, réclame également "le droit d'utiliser les voies de bus au même titre que les taxis". Sa société transporte 30.000 personnes des aéroports aux hôtels parisiens. "Comment je fais pour déposer un client dans un hôtel en plein milieu de la rue de Rivoli ? On se prend donc 90 euros d'amende pour avoir utilisé la voie de bus". Il juge cette interdiction "incompréhensible et illégale".

"Mme Hidalgo, vous êtes en train de nous tuer et on est là pour ne pas se laisser faire", a lancé au micro Ahmed, chauffeur VTC à l'adresse de la maire sortante de la capitale.

En plus de manifester au volant de leurs véhicules, les chauffeurs ont aussi défilé à pied, transportant symboliquement un cercueil noir sur lequel était inscrit "VTC parisien de 1700 à 2020 RIP", depuis le parvis de Notre-Dame jusqu'à l'Hôtel de ville. Il symbolise "la potentielle mort du milieu" explique Mehdi, chauffeur VTC.

F.B. avec AFP