BFM Paris

Île-de-France: près de 400 km de bouchons pour le premier jour du déconfinement

Les bouchons sont nombreux ce vendredi en Ile-de-France (illustration).

Les bouchons sont nombreux ce vendredi en Ile-de-France (illustration). - AFP

La fin du deuxième confinement ce mardi 15 décembre coïncide avec un trafic inhabituel sur les routes franciliennes.

En ce mardi, jour d'entrée en vigueur du couvre-feu, les routes franciliennes ont été particulièrement chargées. Aux alentours de 18h30, Sytadin, observateur du trafic en temps réel, recensait près de 375 kilomètres de bouchons cumulés. Un total bien supérieur à celui habituellement observé à cette heure-ci en semaine: 275 kilomètres.

Ce mardi matin déjà, un pic à plus de 425 kilomètres de bouchons avait été enregistré sur les routes d'Île-de-France. Selon les données de Sytadin, ce pic a été atteint aux alentours de 9h, bien au-dessus des 325 km d'embouteillages enregistrés en moyenne à cet horaire.

Plus de 400 kilomètres de bouchons cumulés ont été enregistrés pour le premier jour de ce nouveau déconfinement en Île-de-France.
Plus de 400 kilomètres de bouchons cumulés ont été enregistrés pour le premier jour de ce nouveau déconfinement en Île-de-France. © Capture d'écran Sytadin

Ce trafic qualifié d'inhabituel par Sytadin a été constaté alors que le deuxième confinement a officiellement pris fin ce mardi 15 décembre. Pour se déplacer, il n'est plus nécessaire d'avoir une attestation tandis que les trajets entre régions sont à nouveau autorisés.

Un trafic plus chargé qu'au mois de juin

Toutefois, il est difficile d'établir un lien clair entre ces bouchons et la fin du confinement. Le temps humide et la pluie ainsi que plusieur accidents signalés sur les routes franciliennes ont sûrement participé à ce haut niveau de ralentissements.

Par ailleurs, le trafic lors de ce deuxième confinement a été beaucoup plus important que pendant le printemps. Le 2 novembre dernier, si le trafic avait été divisé par deux aux heures de pointe, il restait bien supérieur à celui du premier confinement, avec un taux de congestion de 30% contre 5-6% de mars à avril, selon les données collectées par Tom-Tom.

A titre de comparaison, le premier jour du déconfinement en juin, seulement 200 kilomètres de bouchons avait été enregistré par Sytadin sur les routes franciliennes au plus fort de la matinée.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions