BFM Paris

"Il a commencé à me tabasser": le livreur victime d'une agression raciste à Cergy témoigne

Joseph attendait une commande devant un restaurant, dimanche soir, lorsqu'il a été frappé et insulté. L'agresseur présumé a proféré des injures racistes à l'encontre d'une riveraine filmant la scène.

Son ton et ses mots sont hésitants. Son débit s'accélère, ralentit puis repart lorsqu'il se replonge dans la soirée de dimanche. Joseph, livreur pour la société Uber Eats, a subi une violente agression à caractère raciste à Cergy, dans le Val-d'Oise, dont les images ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Le pansement collé sur son front en est le stigmate. Il retrace les événements pour BFMTV.

"J'ai reçu une commande. Je suis arrivé au resto 'Brasco' prendre la commande pour aller livrer au client", se souvient-il. En attendant d'être servi, il écoute de la musique sur son enceinte, tandis qu'un homme portant une capuche patiente devant une pizzeria située à proximité.

"En sortant du resto Brasco, un mec vient me voir et me dit: 'Éteignez votre musique'", poursuit Joseph. "Par gentillesse, je descends le volume de mon enceinte. Ça lui suffisait pas. Il a dit: 'Il faut descendre'. J'ai refusé."

"Ses potes étaient à côté", "ils n'ont rien fait"

L'altercation montre d'un cran. L'agresseur menace de le "défoncer", selon le récit de la victime, qui se souvient: "Je me suis présenté devant lui pour dire: 'J'ai pas peur de toi'. Je ne voulais pas de cette histoire de bagarre."

"Casse toi. (...) Je te donne trente secondes pour te casser", s'énerve ensuite l'homme à capuche. "En retournant, il m'a donné un coup de poing. Après, je me suis retrouvé par terre", mime Joseph. Et d'ajouter: "C'est comme si j'étais assommé (...). Ses potes, ils étaient à côté. Ils n'ont rien fait".

"Il est venu sur moi", enchaîne le livreur. "Il commence à me tabasser. J'ai dit: 'Au secours, au secours'." "Il y a une dame là-haut", reprend-il, en sang, indiquant un appartement situé au-dessus des deux restaurants. "C'est elle qui a alerté la police." Et qui a filmé les insultes qui vont suivre.

Une enquête ouverte

Dans la vidéo de l'agression, devenue virale depuis sa diffusion sur les réseaux sociaux, l'individu profère de nombreuses insultes racistes à l'encontre de la riveraine filmant la scène. "Sale noir", "sale négresse", "pendant 800 ans on vous a vendus comme du bétail", tonne entre autres l'individu.

"C'est inadmissible d'entendre de tels propos en France, inadmissible et condamnable", a réagi sur BFMTV le maire socialiste de Cergy, Jean-Paul Jeandon. "Le parquet a ouvert une enquête, c'est un point important. Je demande que la justice aille vite dans cette opération."

À l'appel du collectif de la Brigade anti-négrophobie, près de 150 personnes se sont rassemblées lundi après-midi devant le restaurant devant lequel s'est déroulé l'agression. "Ça fait chaud au cœur", reconnaît Joseph. Certains pensent que l'agresseur travaille dans l'établissement, fermé par la préfecture, ce que nie le gérant. Ce dernier a tout de même fait l'objet de menaces de mort.

Une enquête a été ouverte ce lundi, après le dépôt de plainte de Joseph et de la riveraine à l'origine de la vidéo. L'auteur de l'agression a été identifié, selon plusieurs sources, mais il est toujours recherché. Après la diffusion de plusieurs vidéos appelant à le retrouver, la police a demandé de "ne pas relayer les témoignages haineux et de laisser l'enquête se dérouler". Joseph, lui, attend "que justice soit faite".

Raphaël Maillochon et Antoine Corver avec Florian Bouhot