BFM Paris

Affrontements sur la dalle d'Argenteuil, deux policiers légèrement blessés

Des policiers ont essuyé des jets de pavés et des tirs de mortiers dans la soirée de mercredi, a appris BFM Paris, au lendemain de l'incendie d'une école.

La tension est encore montée à Argenteuil, dans le Val-d'Oise. Après l'incendie d'une école maternelle, mardi, des affrontements ont eu lieu mercredi soir entre des jeunes et les forces de l'ordre sur la dalle de la commune. Deux policiers ont été légèrement touchés, a appris BFM Paris auprès de sources policières: le premier à la cuisse, le second à la main.

Les hostilités ont débuté vers 17h45 et ont perduré jusqu'à 00h10. Selon nos informations, des jets de pavés et des tirs de mortiers ont été effectués en direction de la quarantaine de policiers présents sur place, dont la majorité étaient issus de la Brigade anti-criminalité (Bac).

Trois conseillers municipaux, qui s'étaient rendus sur les lieux pour faire le point avec les forces de l'ordre, ont également essuyé des jets de pavés et des tirs de mortiers sans qu'ils n'aient pour autant été visés spécifiquement. Aucun des conseillers municipaux n'a été blessé.

"J'en ai ras-le-bol"

Ces incidents interviennent au lendemain de l'incendie volontaire d'une école et de plusieurs nuits de tensions. Mercredi, le maire ne cachait pas sa colère.

"J'en ai ras-le-bol de voir que quelques dizaines de familles empoisonnent des dizaines de milliers de familles argenteuillaises, réagit Georges Mothron, maire LR de la ville. Ce sont une vingtaine ou une trentaine de familles qui nous emmerdent tous. On en a tous marre."

L'élu affirme avoir écrit au procureur ainsi qu'au préfet pour mettre fin aux tensions. "Il faut vraiment qu'ils me donnent la main, assure-t-il, pour faire en sorte que ces familles soient expulsées dans les plus brefs délais."

Au mois de mai déjà, des affrontements avaient éclaté pendant plusieurs jours entre des jeunes et les forces de l'ordre, après la mort à moto d'un jeune homme à proximité d'un véhicule de la Bac.

Garance Amespil avec Florian Bouhot