BFM Paris

88.000 Franciliens n'ont pas d'espace vert à moins d'un kilomètre de chez eux

Environ 1% des Franciliens ne peuvent accéder à un parc ou jardin de plus d'un hectare et demi dans un rayon d'un kilomètre autour de leur domicile. Un véritable problème en période de confinement.

En Île-de-France, 99% des habitants de Paris et de la petite couronne ont accès à un espace de nature près de chez eux. Une bonne nouvelle, mais aussi un problème inquiétant pour les 1% restants.

Dans notre région très dense, cela représente près de 88.000 personnes privées d'un espace vert d'au moins un hectare et demi à moins d'un kilomètre de chez eux. Si en temps normal il est toujours possible de parcourir quelques kilomètres de plus pour trouver un peu de nature, cette situation prend une toute autre perspective en période de confinement, avec des sorties limitées dans le temps et l'espace.

45.000 personnes dans les Hauts-de-Seine

Rien que dans les Hauts-de-Seine, 45.000 personnes sont concernées par ce problème, et 33.000 en Seine-Saint-Denis, selon Charlotte Liotta, chercheuse au Centre international de recherche sur l'environnement et le développement, invitée de BFM Paris ce jeudi.

"C'est problématique parce que les espaces verts ont des bienfaits en terme de santé mentale et physique", précise-t-elle. En particulier sur les personnes dévorisées, une population "qui n'a pas accès à la nature en ce moment".

Des parcs "à 5 minutes à pied"

Selon les recommandations de l'OMS, il faudrait un espace de nature accessible dans un rayon de 300 mètres. "Ça correspond à 5 minutes de marche et ça permet à tous d'y avoir accès, même des personnes sans voitures, des enfants ou des personnes qui ont du mal à se déplacer", explique Charlotte Liotta.

A Paris, "ce n'est pas le cas pour 50% des personnes habitant intra-muros", précise la chercheuse.

Pour tenter de contourner ce problème, des médecins et des fédérations de sport demandent donc d'abroger la règle du kilomètres. Afin que tous les Franciliens puissent avoit accès à la nature.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions