Contenu sponsorisé par Stratégie-Bourse

Les bonnes questions à se poser avant d’investir en bourse

Un héritage bienvenu. La vente d’un bien qui rapporte gros. Pourquoi ne pas envisager de placer cet argent en bourse ? La question, beaucoup se la posent. Et presqu’autant ressentent un frein psychologique au moment de franchir le gué. Trop risqué, peut-on régulièrement entendre ici ou là. Pourtant, ça y est, vous y êtes, votre compte-titres ou mon plan d'épargne a été créé. Il est temps maintenant de se constituer un portefeuille boursier vous rapportant de l'argent sans risque excessif. Mais connaissez-vous réellement votre profil investisseur ? Savez-vous ce que signifie la diversification des valeurs ? Autant de questions auxquelles il faut prendre le temps de réfléchir avant de se jeter dans le grand bain.

Profil d’investisseur, de quoi parle-t-on ?

Quatre questions sont généralement posées par les spécialistes aux néophytes. Quel est l’horizon de placement ? Il s’agit de se fixer une durée (et s’y tenir) pour que les valeurs puissent obtenir leurs effets. Plus l’investissement est à court terme, plus il est risqué et nécessite d’être surveillé comme le lait sur le feu. Il est admis qu’au-delà de 5 ans, le placement s’installe dans une durée raisonnable. Une autre question se pose dans la foulée de la première : combien de temps allez-vous consacrer à la gestion de votre portefeuille boursier. Si vous n’avez pas le temps, vous aurez à investir dans des actifs au long cours nécessitant peu de vigilance, comme des parts de fonds de placement monétaires. Troisième interrogation légitime : combien doit-on investir ? Il n’est pas nécessaire d’être millionnaire pour investir efficacement en Bourse, 2 000 € suffisent à se lancer. Cette somme de base permet à la fois de réaliser des plus-values confortables et de faire face aux frais. Enfin, il faut vous demander si vous êtes un vrai joueur ou si vous souhaitez rester prudent. Tous les produits de bourse présentent un risque, mais certains plus que d'autres : les produits dérivés sont plus risqués que les actions, elles-mêmes plus incertaines que les obligations, et ainsi de suite. Une bonne connaissance des produits achetés s’impose, notamment pour anticiper leur affaiblissement et les revendre à temps.


Diversifier le portefeuille pour maîtriser le risque

Il faut savoir que les investisseurs achetant les produits dérivés les plus risqués possèdent aussi des valeurs sûres. Le placement de l’argent dans les valeurs de sociétés au profil différent permet de diminuer le risque qu’une chute brutale n’emporte l’ensemble de l’édifice de la stratégie mise en place. Exemple : avec un portefeuille de 6 000 €, il faut placer 1 000 € sur des secteurs économiques différents avec par exemple l’action Total dans le secteur de l’énergie, des actions de laboratoires pharmaceutiques, de grande distribution etc. Il est important de ne pas placer plus de 20 % de l’argent investi dans un seul secteur.

Contenu sponsorisé par Stratégie-Bourse

Cet article n'a pas été réalisé par la rédaction de Bfmtv.com