BFMTV

Ouragan Irma: les images satellites donnent une idée de la taille du monstre

L'ouragan Irma, le 6 septembre.

L'ouragan Irma, le 6 septembre. - HO / NOAA/RAMMB / AFP

Traversé par des vents de 360 km/h et d'une taille avoisinant celle de la métropole, le phénomène Irma surprend par son ampleur et son intensité.

Si la violence extrême de l'ouragan Irma s'adjuge tous les superlatifs, sa longévité surprend aussi les météorologistes. Selon Météo France il s'agit tout simplement du "cyclone tropical le plus long à une telle intensité". Loin de s'atténuer, le phénomène ne baisse pas en intensité. Nourri aux eaux chaudes de l'océan Atlantique, Irma souffle toujours des vents à 360 km/h, comme ceux qui ont ravagé les îles de Saint-Bath et de Saint-Martin, faisant au moins huit morts et plus de vingt blessés.

Se dirigeant actuellement, vers la République dominicaine puis vers Cuba et la Floride qu'il atteindra samedi et dimanche, Irma, lancé depuis 36 heures sur cette trajectoire vers l'ouest, ne faiblit pas. Une relative accalmie se fera sentir lorsqu'il gagnera l'intérieur des terres en arrivant sur le continent américain. Cette masse dissipera alors, non sans avoir causé des dégâts supplémentaires sur son passage.

Irma (gauche) est suivi de Jose (droite), un ouragan de catégorie 1 qui suit une trajectoire comparable.
Irma (gauche) est suivi de Jose (droite), un ouragan de catégorie 1 qui suit une trajectoire comparable. © HO / NASA/GOES Project / AFP

Les ouragans se suivent sans se ressembler

Emboîtant le pas à Irma, la tempête tropicale Jose a été reclassée en ouragan mercredi par le Centre national américain des ouragans (NHC). Il faisait alors route à une vitesse de 26 km/h vers les Petites Antilles. De catégorie 1, il s'accompagne de vents de 120 km/h.

De nombreux climatologues font le lien entre le réchauffement climatique et la violence redoublée des phénomènes extrêmes. Sans que la fréquence de ces phénomènes augmente forcément, leur intensité aurait tendance à augmenter.

David Namias