BFMTV

Ile-de-France: l'épisode de pollution se poursuit vendredi et pourrait durer

Un épisode de pollution est en cours en Ile-de-France.

Un épisode de pollution est en cours en Ile-de-France. - BFM Paris

Airparif prévoit à nouveau un seuil élevé de pollution aux particules fines ce vendredi. En raison des conditions météorologiques, cet épisode de pollution pourrait se poursuivre plusieurs jours.

Le premier épisode de pollution de l'année se poursuivra ce vendredi en Ile-de-France. Comme pour cette journée de jeudi, Airparif prévoit un indice de pollution élevé aux particules fines. Celui-ci devrait atteindre 76 µg/m³, un niveau supérieur au seuil d'information et de recommandation fixé à 50 µg/m³. Airparif fait savoir que "les niveaux resteront soutenus dans les jours à venir". 

Cet épisode de pollution est favorisé par les conditions météorologiques et a en réalité débuté dès le 11 février.

Une météo qui empêche la dispersion des polluants

Depuis une dizaine de jours, l'Ile-de-France bénéficie de conditions anticycloniques qui se caractérisent ici par un temps ensoleillé avec des températures très froides le matin et douces l'après-midi. Cette situation entraîne un phénomène "d'inversion de températures" le matin et le soir.

"Ce phénomène se produit lorsque le sol refroidit rapidement pendant la nuit alors que l'air en altitude se retrouve plus chaud créant une sorte de couvercle au-dessus de nos têtes favorisant l'accumulation de la pollution", explique Airparif sur son site internet.

S'ajoute en plus l'absence de vent qui empêche la dispersion des polluants. Or ces conditions météo devraient se maintenir dans les jours à venir et donc l'épisode de pollution se poursuivre. Météo-France, dont l'indice de confiance est élevé, prévoit en effet le maintien de ces conditions anticycloniques jusqu'à mercredi au moins. 

La mairie de Paris réclame dès ce jeudi la mise en place de la circulation différenciée. 

Des restrictions de circulation

En raison de ce pic de pollution, la préfecture de police de Paris a décidé de réduire la vitesse maximale de circulation autorisée à 110 km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130 km/h ; à 90 km/h sur les portions d’autoroutes et de voies rapides normalement limitées à 110 km/h et à 70 km/h sur les portions d’autoroutes et de voies rapides normalement limitées à 90 km/h, ainsi que sur les routes nationales et départementales.

Carole Blanchard