BFMTV

Faut-il craindre une "invasion" d'insectes cet été?

Image d'illustration : une abeille butinant une fleur à Cologne, en Allemagne, le 6 mai 2019

Image d'illustration : une abeille butinant une fleur à Cologne, en Allemagne, le 6 mai 2019 - Oliver Berg - dpa - AFP

La météo clémente de ce début d'année a favorisé la présence des insectes à l'arrivée de l'été. Mais "le cycle de population pour chaque espèce n’est pas le même d’une année à l’autre", prévient à BFMTV.com Samuel Jolivet, directeur de l’Office pour les Insectes et leur environnement (Opie).

Comme les humains, les insectes semblent aussi être en phase de déconfinement. Ils sont nombreux à profiter désormais pleinement des parcs et jardins. L’édition normande du quotidien Ouest-France évoque la présence “par milliers” d’altises, des mini-coléoptères, favorisée par une température clémente. Les habitants du Sud-Ouest s’inquiètent quant à eux d’une “invasion” de moustiques tigres, signalée par France 3.

Samuel Jolivet, le directeur de l’Office pour les Insectes et leur environnement (Opie) explique à BFMTV.com ce phénomène, qui n’a, selon lui, rien d’inquiétant. Bien au contraire.

  • Pourquoi les insectes sont-ils si nombreux actuellement dans les espaces verts?
"Le début du mois de juin est généralement marqué par un pic de présence d’adultes dans notre environnement, c’est-à-dire d’insectes en capacité de voler. L’hiver a été particulièrement doux et le printemps également très clément ce qui a à la fois favorisé la floraison et la présence d’insectes, qui n’ont pas subi d’intempéries."
  • La météo favorable de ce début d’année va-t-elle donc être responsable d’une “invasion” d’insectes cet été?
"Pas nécessairement. Le cycle de population pour chaque espèce n’est pas le même d’une année à l’autre. Par exemple, la croissance d’une larve de libellule se déroule dans une mare. S’il n’y a pas eu assez d’eau l’année d’avant, la population diminue l’année d’après. De même, les larves des moustiques se développent dans l’eau et ont eu du mal à grandir avec un temps sec. A l’inverse, d’autres insectes sont effectivement favorisés par une météo clémente, comme l’abeille solitaire qui a eu plus de temps pour butiner de fleur en fleur."
  • Aucune raison de s’inquiéter, donc?
"Aucune. Si l’on voit arriver des insectes dans notre monde, c’est porteur d’espoir. Il ne faut pas oublier que les insectes n’ont, à l’inverse des humains, pas de moyen de réguler leur température. Lorsqu’il fait trop chaud, ils ne peuvent pas voler, ce n’est jamais bon signe. De manière générale, la problématique actuelle est justement celle de leur disparition, en grande partie à cause de la chimie dans l’agriculture, que de leur prolifération."
Esther Paolini