BFMTV
Canicule

Qu'est-ce que le "double jet-stream", ce phénomène pointé du doigt dans la multiplication des canicules?

Sécheresse en France (illustration)

Sécheresse en France (illustration) - AFP

Selon une étude publiée dans la revue Nature, le double jet stream est responsable de presque l'ensemble des vagues de chaleur en Europe de l'Ouest ces dernières années.

L'été 2022 en France se caractérise par une succession de vagues de chaleur. Quatre épisodes caniculaires se sont déjà abattus sur l'Hexagone depuis juin, et plusieurs records de températures ont été battus à la mi-juillet. Des conditions climatiques extrêmes, qui entraînent dans leur sillon incendies et sécheresses.

Face à la recrudescence et l'intensité de ces phénomènes en Europe de l'Ouest au cours des dernières décennies, une équipe de cinq chercheurs s'est penchée sur le cas du Vieux Continent. Et selon les résultats de leurs travaux, publiés le 4 juillet dans la prestigieuse revue Nature, c'est un courant d'air atmosphérique qui est à l'origine de la multiplication des canicules: le double jet-stream.

>> Retrouvez les prévisions météo sur BFM Météo

Un courant qui s'affaiblit sous l'effet du réchauffement climatique

Pour appréhender au mieux ce concept, il est d'abord primordial de définir sa version classique, le jet-stream, ou courant-jet. Il s'agit, comme le rappelle le site Meteo-Villes, d'un couloir de vent puissant qui est présent à haute altitude, entre 8 et 15 km. Plus précisément, il constitue la frontière entre l'air froid polaire, qui recouvre notamment le Groenland et le Canada, et l'air chaud subtropical. Il fait le tour de l'hémisphère d'ouest en est et vient normalement refroidir l'Europe.

Lorsque le climat est normal, ce jet stream "ondule" afin de permettre des échanges entre les masses d'air froid et les masses d'air chaud. Mais dans le contexte du réchauffement climatique, la donne évolue.

Le Groenland est l'une des zones du monde qui se réchauffe le plus rapidement. Ainsi, la masse d'air froid polaire se réchauffe également, ce qui vient affaiblir ce fameux jet stream, qui se nourrit normalement de l'opposition entre masse d'air froid et masse d'air chaud.

Moins vigoureux, le jet-stream ralentit, voire se divise en deux. Et donne alors naissance au double jet stream. Le courant d'air va venir se diviser en deux dans l'océan Atlantique. Une branche va partir en direction de la Scandinavie, une autre en direction la mer Méditerranée. Au milieu? La France, qui se retrouve prise au piège entre ces deux flux.

L'Europe particulièrement exposée

La situation est d'autant plus néfaste pour l'Hexagone que cette tenaille vient bloquer une masse d'air chaud au-dessus du pays. Une cellule anticyclonique, synonyme en météorologie d'un temps sec et chaud, se forme et provoque en été la hausse des températures. Un double jet-stream qui vient transformer l'Europe de l'Ouest en cocotte-minute.

"L'Europe est un centre névralgique des vagues de chaleur, où ont lieux des changements trois à quatre fois plus rapides que dans les latitudes similaires. En cause, le changement du jet-stream", a écrit sur Twitter Stefan Rahmstorf, professeur de physique, membre du Potsdam Institute for climat impact research.

Les conséquences de ce double jet-stream sur l'Europe sont mesurables scientifiquement. Selon l'étude publiée dans Nature, c'est ce phénomène qui est à pointer du doigt dans les derniers épisodes de chaleur.

Un rôle prégnant dans les canicules

"Nous pouvons dire que le double jet-stream joue un rôle particulièrement important dans les vagues de chaleur en Europe de l'Ouest, ayant un rôle dans 35% des variations de températures. La recrudescence des doubles jets-stream explique d'ailleurs la quasi-totalité des épisodes de canicules en Europe occidentale, et environ 30% de ceux-ci sur toute la région européenne", écrivent les auteurs de l'étude.

En se basant sur des données atmosphériques, le site de Météo-villes assure que le phénomène de double jet-stream était bel et bien à l'oeuvre le 18 juillet dernier, journée la plus chaude de l'été.

Les cartes réalisées par les scientifiques ne sont guère rassurantes pour les prochains étés. La France et le sud de l'Angleterre sont définis comme les zones les plus exposées par ce phénomène.

Jules Fresard