BFMTV

Bientôt une promenade végétale et agricole sous le métro, entre Barbès et Stalingrad

La mairie de Paris annonce des mesures pour les quartiers du nord-est, notamment Barbès et Stalingrad.

La mairie de Paris annonce des mesures pour les quartiers du nord-est, notamment Barbès et Stalingrad. - Capture Google Street View

La Ville de Paris lance un appel pour développer des projets d'agriculture urbaine sous le métro aérien entre Barbès, la Chapelle et Stalingrad.

L'agriculture au coeur du quartier de la Chapelle? La Ville de Paris invite les agriculteurs, jardiniers, paysagistes et entrepreneurs de l'agriculture urbaine à proposer leurs idées.

La municipalité lance en effet ce jeudi l'appel à projets "Cultivons la promenade Barbès-Chapelle-Stalingrad, dans le cadre des Parisculteurs. Ce projet a pour objectif de cultiver 700 m2 du terre-plein central du boulevard de la Chapelle, sous le métro aérien de la ligne 2, au niveau du pont franchissant le faisceau ferré de la gare de l'Est. 

"Ce projet d’agriculture sur un axe très emprunté va contribuer à dynamiser le boulevard de la Chapelle et son quartier", explique dans un communiqué Pénélope Komitès, adjointe à la Maire de Paris, chargée des espaces verts.

Les candidats ont jusqu'au 31 janvier pour présenter leurs projets. Le projet lauréat sera ensuite annoncé au printemps 2019, en vue d'une installation au mois de juin. 

30 hectares dédiés à l'agriculture urbaine en 2020

A l'horizon 2020, Paris s'est fixé pour objectif de dédier une trentaine d'hectares à l'agriculture urbaine. Sur les toits, en sous-sol ou dans des friches, certains de ces projets ont déjà vu le jour. Un potager a ainsi été créé sur le toit de l'Opéra Bastille ou des cultures de champignons et endives dans des parkings souterrains.

Le plus grand projet, une ferme urbaine de 7.000 m2 est aussi en cours de développement sur le toit de l'hôtel logistique Chapelle International dans le 18e arrondissement. Les premières récoltes sont attendues pour 2019 et seront mises en vente dans le réseau des magasins Franprix. 

Carole Blanchard