bfmtv

Pour Rachida Dati, une femme battue "n'est jamais en liberté"

Invitée de BFMTV ce lundi matin, Rachida Dati a réagi à l'annonce de remise gracieuse de peine par François Hollande accordée à Jacqueline Sauvage. "Je suis ravie que madame Sauvage puisse potentiellement bénéficier d'une libération conditionnelle", a-t-elle déclaré. Potentiellement, car selon elle, cette grâce présidentielle partielle n'est pas la condition sine qua non de la libération de Jacqueline Sauvage. "Imaginons que les magistrats n'accordent pas la libération conditionnelle, madame Sauvage terminera sa peine en prison", a-t-elle expliqué. La député européenne a estimé que ce dossier posait la question du "rapport entre la société, l'opinion publique, la pression médiatique sur la justice". Elle s’est par ailleurs exprimée sur les séquelles que laissent les violences conjugales. "Quand une femme a été battue toute sa vie et même si elle est en liberté, elle n'est jamais en liberté totalement", a-t-elle considéré. "Vous ne sortez pas indemne des violences conjugales, que vous soyez frappé 15 jours ou 47 ans" a-t-elle ajouté.

Mise en ligne le 01/02/2016

Sur le même sujet