En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Cette vidéo n'est plus en ligne
bfmtv

"En campagne" : En Ile-de-France, le rythme imposé par la réforme scolaire divise

La mise en place de la semaine de cinq jours en 2013 au lieu de quatre pour alléger le nombre d’heures au quotidien dans les écoles maternelles et primaires publiques, divise les politiques mais aussi les maires et parents d’élèves. A Janvry, dans l’Essonne, le maire a dû s’incliner malgré avoir manifesté contre sa mise en application. "Tout ce qu’on avait annoncé lorsqu’on s’est battus sur la réforme est arrivé : fatigue, coûts, problèmes d’embauche d’intervenants", regrette-t-il. A Marcq, dans les Yvelines, le maire, également directeur de l’école, croit, lui, en la semaine de cinq jours dans les écoles. Il reconnaît cependant des frais supplémentaires à engager.

Mise en ligne le 30/03/2017

Sur le même sujet