En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
bfmtv

Au Niger, “le désert est un cimetière à ciel ouvert” pour les migrants

Agadez est l’une des plaques tournantes de l’immigration au Niger: les migrants la surnomment “la porte de l’Enfer”. Cet Enfer, c’est la traversée du désert, mortelle pour de nombreux migrants clandestins abandonnés par leurs passeurs. Brahim Manzo, journaliste et défenseur du droit des migrants, dit recevoir régulièrement des photos de ces cadavres gisant sur le sable brûlant. “Le désert est un cimetière à ciel ouvert”, témoigne-t-il. Au printemps 2015, l'Assemblée nationale nigériane a adopté une loi pour lutter contre le trafic illicite de migrants, mais les passeurs continuent d’exercer dans l’illégalité.

Mise en ligne le 19/02/2018

Sur le même sujet