Ce contenu n'est plus disponible
bfmtv

"A aucun moment je n'ai giflé Nathalie Kosciusko-Morizet", se défend son agresseur présumé

Le procès de l'agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet, Vincent Debraize, s'est ouvert ce mardi. Le maire de Champignolles, dans l'Eure, s'est défendu, assurant n'avoir "à aucun moment giflé, ni touché la candidate". Traitée de "bobo de droite", Nathalie Kosciusko-Morizet "l'aurait insulté et serait tombée sur le sol", a-t-il poursuivi.

Mise en ligne le 11/07/2017

Sur le même sujet