bfmtv

7 jours retro: Ralliements et conséquences

Ce n'est pas parce qu'on est populaire avant l'élection qu'on est élu. Comme en 1995, le ralliements se bousculèrent du côté d'Edouard Balladur. Mais au final, Jacques Chirac a remporté la mise. Ou encore en 1965, avec François Mitterrand. La candidature unique de la gauche n'a pas empêché pour autant la défaite. Selon Isabelle Pincet, "En politique, faire le plein de ralliements n'est pas forcément la garantie de la victoire". - 7 jours BFM, du samedi 1er avril 2017, sur BFMTV.

Mise en ligne le 01/04/2017