BFM Marseille
Marseille

Marseille: des élus écologistes proposent une "canopée solaire" pour couvrir des autoroutes urbaines

Si pour l'instant ce n'est qu'une hypothèse, le projet est estimé à 240 millions d'euros. Il rentre dans le cadre du programme européen "cent villes neutres et intelligentes pour le climat d'ici à 2030" dont fait partie la cité phocéenne.

Réduire la pollution atmosphérique et sonore des véhicules tout en fournissant de l'énergie aux riverains. Certains élus écologistes de la majorité municipale Marseillaise souhaitent porter un projet de "canopée solaire" au-dessus de certaines autoroutes urbaines, dont une partie de l'A7, de l'A50 et de la rocade L2.

"L'idée est de couvrir nos autoroutes urbaines qui sont facteurs de nuisances, de bruits et de pollutions, et d'en faire des projets exemplaires", explique Sébastien Barles, adjoint au maire de Marseille, délégué à la transition écologique, au micro de BFM Marseille Provence.

26 kilomètres de couverture potentielle

Le projet consiste en l'installation d'un toit composé de panneaux photovoltaïques qui permettraient de capter l'énergie solaire. Outre la production d'énergie renouvelable, le projet prévoit également l'installation de parois antibruit.

"L'objectif, c'est de produire de l'énergie renouvelable sur notre territoire et renforcer notre autonomie mais également de lutter contre les nuisances sonores et atmosphériques que subissent les riverains et qui sont insupportables", présente Sebastien Barles, adjoint au maire de Marseille, délégué à la transition écologique, au micro de BFM Marseille Provence.

Pour le moment, il ne s'agit que d'une hypothèse, mais les élus écologistes souhaitent expérimenter la première couverture dès 2026, au niveau de la rocade L2 proche de Frais-Vallon, avant de l'étendre à d'autres autoroutes.

"On a calculé, sur les autoroutes A7, l'A50 et la rocade L2, on a 26 kilomètres de couverture potentielle", explique l'élu.

Un projet estimé à 240 millions d'euros

Le projet s'inscrit dans le programme européen des "cent villes neutres et intelligentes pour le climat d'ici à 2030" dont fait partie la ville de Marseille.

Le projet de cette canopée solaire est estimé à 240 millions d'euros. Une rencontre avec le préfet à l'égalité des chances est prévue prochainement pour évoquer le sujet et trouver des financements.

Francesco Carvelli et Martin Regley