BFM Lyon
Lyon

Rhône: la métropole de Lyon valide le passage en régie publique de la gestion de l'eau

C'était un engagement de campagne du président Bruno Bernard, élu en juillet, alors que l'actuelle délégation de service public assurée par le groupe Veolia arrive à échéance fin 2022.

Le conseil de la Métropole de Lyon a voté ce lundi la reprise en régie publique, au 1er janvier 2023, de la production et de la distribution d'eau potable sur son territoire, confiée au privé depuis 1986.

C'était un engagement de campagne du président EELV de la collectivité Bruno Bernard, élu en juillet, alors que l'actuelle délégation de service public (DSP) assurée par le groupe Veolia arrive à échéance fin 2022.

La délibération a été votée par les élus de la majorité verte et de gauche. L'opposition centriste et de droite s'est abstenue ou a voté contre en dénonçant un choix "idéologique" ou "dogmatique".

"Pas une ressource comme les autres"

"La maîtrise directe de l'eau, qui n'est pas une ressource comme les autres mais un bien vital pour l'humanité, est un combat historique des écologistes", a déclaré Bruno Bernard devant la presse. Avant Lyon, d'autres villes ont fait le même choix comme Paris, Nice ou Grenoble.

L'exécutif métropolitain entend diversifier la ressource, plus de 90% de l'adduction du territoire dépendant actuellement de la nappe alluviale du Rhône, dont le débit devrait baisser de 30% d'ici 2050 du fait du changement climatique.

Il compte aussi accélérer le renouvellement des canalisations pour réduire les fuites du réseau, qui représentent actuellement 16% du volume produit.

Vers une évolution de la tarification

Une tarification sociale au bénéfice des plus démunis, et progressive selon les volumes consommés afin d'encourager la sobriété des usages, est également envisagée.

Le réseau, constitué de 4000 km de canalisations, alimente 1,38 million d'habitants.

La perte de ce contrat est forte de symbole pour Veolia car son ancêtre, la Compagnie générale des eaux, vit le jour par décret impérial en 1853, précisément pour alimenter Lyon.

Le groupe a assuré, à l'occasion du vote, que la performance "exemplaire" de son contrat de DSP était reconnue par Bruno Bernard et répondait "à plusieurs titres" au programme d'EELV.

J. M. avec AFP