BFM Lyon
Lyon

"Personne n'a envie de vivre ça": une école lyonnaise organise une fausse prise d'otages lors d'une journée d'intégration

L'Idrac, une école de commerce lyonnaise, a créé la polémique après avoir organisé une fausse attaque terroriste lors de la journée d'intégration de ses élèves.

Une école de commerce de Lyon, l'Idrac, a organisé une fausse prise d'otage lors de la journée d'intégration de ses élèves, selon des informations de nos confrères d'ActuLyon, confirmées par BFM Lyon.

La direction de l'école avait adressé à ses nouveaux élèves un mail avant cette journée leur promettant de vivre un "événement exceptionnel" pour leur intégration. Le jour J, les étudiants ont dû remettre leur téléphone portable avant de s'installer dans une salle de cours où ils ont été accueillis par la directrice. La situation dégénère ensuite.

"Il y a eu une annonce de BFM où il y avait des personnes qui disaient qu'il y avait des terroristes qui s'étaient introduits dans le campus", raconte Carla, une étudiante de l'Idrac, à BFM Lyon.

Deux personnes cagoulées font alors irruption dans la salle et demandent aux étudiants de se mettre à genoux, les mains sur la tête. Sauf que ces faux terroristes sont accompagnés par un caméraman. Certains étudiants mettent alors en doute la véracité de la prise d'otage, mais d'autres vivent très mal la situation.

Un exercice pédagogique

"J'ai le cœur qui a palpité [...] Il n'y avait rien de drôle. Ce n'est pas un sujet avec lequel on a envie de rire, personne n'a envie de vivre ça. C'était extrêmement gênant", confie un autre étudiant à ActuLyon.

Carla fait partie des étudiants qui se sont aperçus de la mise en scène de cette fausse prise d'otage. "Comme par hasard, ils nous ont pris nos téléphones. Quand ils nous ont demandé de rester calmes, ils nous ont demandé s'il y avait des personnes cardiaques ou des problèmes de santé", poursuit l'étudiante.

De son côté, l'école et le prestataire qui organisait l'événement se défendent expliquant qu'il s'agissait d'un exercice pédagogique. "L'idée était vraiment de confronter les étudiants à l'incertitude. Ce n'est pas la première fois que nous expérimentons ce genre d'atelier", justifie, auprès de BFM Lyon, Jean-Charles Ogier, gérant et fondateur de la société EO200.

Après cette simulation, le reste de la journée d'intégration a été plus calme pour les étudiants avec notamment des défis sportifs.

Aline Picard et Marine Mulcey avec Amaury Tremblay