BFM Lyon

Lyon: Gérard Collomb appelle à "faire baisser la tension" entre les communautés turque et arménienne

Après le mémorial du génocide dimanche, d'autres bâtiments ont été recouverts de tags anti-arméniens ce lundi à Meyzieu et à Lyon. L'ancien édile de la ville regrette que le conflit du Haut-Karabakh ait été "importé" en France.

Le conflit entre les communautés arméniennes et turques perdure dans la région lyonnaise. Ce lundi, des tags hostiles à l'Arménie ont été découverts dans le 3e arrondissement de Lyon, ainsi qu'à Meyzieu. La veille, c'est le mémorial du génocide, situé à Décines, qui avait été pris pour cible. Des faits qui témoignent de l'escalade de la tension entre les deux communautés, alors que les combats font rage malgré un cessez-le-feu dans la province du Haut-Karabakh. Un territoire où s'affrontent l'Arménie et l'Azerbaïdjan, soutenu par la Turquie.

Cette tension, "il faut la faire baisser", a affirmé Gérard Collomb sur l'antenne de BFM Lyon ce lundi soir. "On ne peut pas importer les différends, les querelles, les guerres qui se passent autour du bassin méditerranéen et du Caucase", a-t-il poursuivi.

"Retrouver des éléments de dialogue"

Selon l'ancien ministre de l'Intérieur, l'objectif premier de "contenir les éléments extrémistes". En ce sens, assure-t-il, la dissolution de l'association ultra-nationaliste turque Les Loups Gris demandée par Gérald Darmanin ce lundi va dans le bon sens.

Il faudra ensuite "essayer de retrouver des éléments de dialogue", relève Gérard Collomb: "Cela ne peut se faire que dans un temps où les tensions seront moins fortes qu'aujourd'hui".

La crainte d'affrontement violents entre les deux communautés a grandi ces dernières semaines dans l'agglomération lyonnaise. La semaine passée, plusieurs centaines de membres de la diaspora turque se sont réunis à Décines dans le but d'en "découdre" avec la communauté arménienne. Quelques jours plutôt, des militants pro-Arménie avaient tenté de bloquer le péage de Vienne. Des échauffourées avaient alors éclaté faisant quatre blessés, dont l'un frappé à coups de marteau.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions