BFMTV

Yémen: l'otage franco-tunisienne Nourane Houas a été libérée

Nourane Houas, une employée franco-tunisienne du CICR prise en otage au Yémen en décembre 2015, a été libérée ce lundi.

Nourane Houas, une employée franco-tunisienne du CICR prise en otage au Yémen en décembre 2015, a été libérée ce lundi. - BFMTV

Nourane Houas, une franco-tunisienne enlevée au Yémen en décembre 2015 et employée du Comité international de la Croix-Rouge, a été libérée ce lundi et transférée au sultanat d'Oman. François Hollande a salué lundi soir son "courage" et exprimé sa "gratitude" après cette libération.

Nourane Houas, une employée franco-tunisienne du Comité international de la Croix-Rouge enlevée en décembre 2015 et détenue au Yémen, a été libérée ce lundi et transférée dans la soirée à Mascate, a annoncé le sultanat d'Oman, qui affirme avoir contribué à cette libération. 

Le ministère des Affaires étrangères omanais a indiqué avoir réussi "à la demande des autorités françaises, sur instruction du sultan Qabous et en coordination avec certaines parties yéménites, à retrouver l'otage et à la transférer lundi soir au sultanat en attendant son rapatriement".

Réaction de François Hollande

"Elle est libre à Mascate", a confirmé le Quai d'Orsay, sans donner plus de détails. Dans un communiqué, le président de la République a réagi lundi soir à l'annonce de cette libération. 

François Hollande "exprime sa gratitude à tous ceux qui ont permis l'issue heureuse de cette épreuve, et notamment au sultan Qabous Ibn Saïd", tout en saluant "le courage de Nourane Houas pendant sa longue détention", peut-on lire dans le communiqué.

Déclarations du CICR et de la Tunisie

La Tunisie s'est elle aussi exprimé, par le biais d'un communiqué publié dans sa page officielle Facebook: "le ministère tunisien des Affaires étrangères exprime son profond soulagement à cette bonne nouvelle (...) et remercie toutes les parties qui ont contribué à la libération de Nourane Houas notamment les autorités omanaises et le comité international de la Croix-Rouge". 

"Nous sommes reconnaissants aux gouvernements français et tunisien de leur soutien et de leur coopération durant cette période", a enfin déclaré Alexandre Faite, le chef de la délégation du CICR au Yémen, dans un communiqué. 

"Nous restons déterminés à venir en aide à la population du Yémen, qui souffre terriblement dans le conflit en cours. Nous espérons pouvoir bientôt reprendre la totalité de nos activités dans le pays", a-t-il ajouté.

Enlevée à Sanaa le 1er décembre 2015

Responsable d'un programme de protection humanitaire au sein de la mission de la Croix-Rouge au Yémen, la jeune femme avait été enlevée le 1er décembre à Sanaa, la capitale, en même temps qu'un employé yéménite du CICR qui avait été relâché quelques heures plus tard par ses ravisseurs.

En avril dernier, elle apparaissait dans une vidéo où elle interpellait François Hollande et appelait à l'aide. 

C.V. avec AFP