Le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau, en Pologne, le 25 janvier 2015.
 

Par cette loi, la Pologne veut éviter que lui soient attribués des crimes commis par les nazis allemands, notamment en interdisant l'expression "camps de la mort polonais". L'Ukraine s'oppose à "une nouvelle tentative d'imposer un traitement unilatéral d'événements historiques" et  Israël craint une négation de l'Holocauste. 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • SuperPlus
    SuperPlus     

    Censure garantie mais… La grande majorité des polonais étaient et sont toujours des antisémites… pendant la période nazis beaucoup ont dénoncé leurs voisins et même amis pour pouvoir s’approprier leurs biens… et après la guerre, il y a eu des pogroms contre les juifs qui OSAIENT revenir… Un tel paya n’a rien à voir avec l’Europe n’en déplaise à Bruxelles…

Votre réponse
Postez un commentaire